Être éloignée de la machine à coudre pendant 2 semaines, profiter de quelques jours en famille, avoir des milliers de trucs en tête et n’en faire que la moitié, revenir chez soi et vouloir commencer par quelque chose de simple…

Pour être sûre de ne pas me tromper, une sailboat skirt assortie de son sailboat top, merveilleux patrons Oliver + s. La sailboat skirt est en coton cerise bien mûre de Fabricville, qui s’accorde parfaitement avec la batiste figue étoilée de France Duval (achetée chez Lil Weasel). Pour celles qui lisent les instructions en anglais, il me semble qu’il manque un détail: à mon avis, il faut surjeter ou surfiler les bords du milieu dos (le genre de U central) avant de commencer à coudre le dos, sinon c’est impossible de finir les coutures correctement.

DSC_3024

DSC_3025

DSC_3125

Le sailboat top est en popeline de coton blanc (Fabricville). Marquage de la surpiqûre devant à l’aide d’un biais acheté 50 sous dans un panier de biais en soldes, et mal m’en a pris, il a déteint au lavage sur la manche. Donc, poche en batiste étoilée et passepoil blanc, pour camoufler la vilaine trace.

DSC_3042

DSC_3056DSC_3059

DSC_3061

DSC_3031

Petite broderie nullissime de ma machine à coudre qui ne sait vraiment pas broder…

Et quelques photos porté…

DSC_3203

DSC_3119

DSC_3103DSC_3131

- admirez la technique, que d’élégance pour enfourcher sa bécane en toute féminité -

DSC_3218

DSC_3123DSC_3106

Et je conclus ce billet avec un petit teaser de ce qui vous attend dans un prochain billet… mon addiction aux patrons m’a rendue kleptomane… en farfouillant dans la collec’ de ma maman…DSC_3075