28 juin 2012

suivre le fil

Plusieurs bloggeuses (je ne donnerai pas de noms, non, non) décrivent leur stock gigantesque de tissus et leur irrépressible envie d’en acheter toujours plus. Allez savoir pourquoi, pour ma part, je n’achète jamais de tissu sans avoir un projet en tête. Comme si j’avais l’impression que j’arrêterai de coudre demain, que la passion s’en ira. Je préfère ne pas stocker, au cas où je n’aurais pas le temps ou l’envie de coudre un coupon. Alors je vais de coupon en chute, et quand mes chutes sont finies, je retourne me fournir selon les goûts du moment. Mon étagère à tissu de résume à un unique étage.

Cette habitude me mène généralement à suivre un fil, à récupérer les derniers centimètres carrés de mon coupon, avant de m’autoriser à en acheter d’autres. Mon dernier morceau de plumetis du Fabricville a réussi à se caser adroitement dans mon patron fétiche du moment, Blue Princess. Après l’avoir décliné en robe pour mon aînée, il me la fallait en top pour la plus jeune.

DSC_6296

Le bon prétexte, c’est que mon amie Amélie est venue passer une journée chez moi pour que nous cousions en duo une Blue Princess, chacune pour nos filles. C’était trèèèès agréable de coudre en même temps, même si je ne vous cache pas qu’entre le placotage («papotage» en français québécois) et son adorable bébé-fille à câliner, ça n’a pas avancé aussi vite que nous l’aurions imaginé. Qu’importe, nous nous sommes bien amusées.

Les bretelles sont en liberty Sarah’s secret garden. Je les ai entoilées, car le plumetis étant hyper transparent, je voulais vraiment qu’on voie les deux faces, pour le contraste. Petit bouton de nacre du Fabricville et ruban découpé sur un cardigan.

DSC_6316

Pour aller avec ce top, j’aurais bien vu le short Ella, forcément. Mais je n’ai pas le patron, j’attends une occasion spéciale pour me l’offrir (et vu que je suis née en automne… je coudrai des shorts d’hiver à mes filles, il faut croire!) Donc j’ai fait le Puppet show shorts de Oliver + S, à la place. Un modèle ultra rapide à coudre, à mi-chemin entre le bloomer et le short. Il est en gabardine kaki ou marron, j’hésite. En tout cas, tellement épaisse que j’ai eu beaucoup de difficulté à froncer le tissu et à faire de jolis arrondis.

DSC_6299

Et si on allait voir l’ensemble porté par ma micropuce de 21 mois?

DSC_6340

DSC_6344

DSC_6367

DSC_6326

DSC_6372

DSC_6331

DSC_6348

Et puisque je suis enfin en vacances, je vais aller me coudre une robe, là. J’ai un coupon tout neuf qui m’attend!

Posté par NanouQc à 10:32 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01 juin 2012

à mains nues

Vous savez où ça passe ses vacances, une vraie Française- trooper qui vit au Québec? La vraie trooper passe ses vacances dans la forêt, elle dort sous la tente et prépare ses repas sur un feu de bois. Le soir, assise autour des braises, elle se fait griller quelques guimauves et écoute son amoureux chanter ses meilleurs succès à la guitare. Mais notre trooper est quand même une fille de la ville. Eh oui. Donc la fille de la ville a besoin d’être élégante en toutes circonstances, tout en ayant très accessibles son couteau suisse, ses allumettes et ses mains nues pour tuer l’ours.

Pour habiller notre trooper, un patron Lisette (de chez Simplicity), by Liesl Gibson (Madame Oliver + S, si vous préférez).

Souvenir Dress, Blouse & Shorts Sewing Pattern

Le short m’a fait craquer dès le début avec son revers et ses plis sur le devant qui sont presque des plis creux, mais non. Ce sont des plis creux croisés, nuance.

DSC_6155

DSC_6151

J’ai aimé aussi le fait qu’il soit taille basse, avec un bel empiècement large: ça flatte le popotin. Ce qui flatte moins, c’est le guide des tailles. Je fais un  38 du commerce en bas, mais selon les mesures du patron, j’ai dû tailler un 42. J’ai pris 2 tailles d’un coup, merci Lisette.

DSC_6179

Gros problème, le patron n’a pas de poches. Et sérieusement, on ne peut pas camper sans poches (à moins de porter un sac-banane, complètement contradictoire avec la fille-de-la-ville-élégante-en-toutes-circonstances). Donc j’ai mis deux poches de côté, en tissu à pois La Petite École, par French General pour Moda (et oui, encore), parce qu’il était parfaitement assorti à mon lin bleu nuit (Fabricville), qui avait déjà servi pour les bretelles de ma Blue Princess.

DSC_6152

Ma fermeture-éclair est presque invisible. On ne chipotera pas, là.

DSC_6154DSC_6176

Tant qu’à être partie sur ma lancée, autant coudre le petit haut qui va super bien. En plumetis blanc (Fabricville), un brin transparent, sinon ce ne serait pas drôle. La découpe est fantastique et le montage est franchement simple. J’ai pris la longueur de la robe, car la longueur blouse me serait arrivée au nombril (allez savoir pourquoi, du haut de mon immense 1,64 m, j’étais déjà hors-norme pour la hauteur prévue).

DSC_6158

DSC_6169

DSC_6172

Portés ensemble ou séparés, ce short et cette blouse font plus que mon bonheur. Je suis ravie, c'est exactement ce que j'avais en tête.

DSC_6180

DSC_6203

DSC_6193

Petit détail que j’aime tant avec cette blouse: elle a un ourlet large aux manches et en bas, et j’adore les ourlets larges.

DSC_6210

DSC_6196

PS: cette année, on a prévu de camper au bord de la mer, au Nouveau-Brunswick, alors mon kit anti-ours ne devrait pas être utile. Les poches serviront à mettre des coquillages…

PPS: vous voyez, le moral de la couturière est revenu, j’avais juste besoin d’une petite tenue pour moi!

Posté par NanouQc à 15:14 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 mai 2012

robe de pique-nique

Cela fait un an que mon aînée me réclame une robe avec des cerises, depuis qu’elle en a vu une dans l’Imagier du Père Castor (bonjour les références, habituellement, on cherche l’inspiration dans les magazines de mode). Je lui disais tout le temps: «oui, oui, ce sera fait pour le printemps prochain». Je magasinais parallèlement les boutiques de tissu en ligne, en espérant trouver la perle rare.

On est finalement allées fouiller avec la demoiselle en question à la jolie boutique Effiloché, où elle a décidé que ce serait un tissu édité par Moda: Rural Americana… 1913-1935, par Polly Minick et Lauri Simpson. Ça fait nappe de pique-nique, je le concède, à cause des carreaux. Mais ça reste dans l’air du temps, avec ces fameuses couleurs de rouge, un soupçon orangé, sur fond écru.

DSC_6025

Il fallait bien choisir un patron pour faire un sort à ce coupon. Dans ma minuscule collection de patrons, ma fille (encore elle!) a retenu le patron Petit Faune n°76 bis (patron acheté par maman, il y a … quelques années :)) J’ai approuvé ce choix, car j’adorais le fait qu’il y ait du passepoil partout! Passepoil aux emmanchures, passepoil au col, passepoil à la ceinture. Mais autant le dire tout de suite: j’ai détesté coudre ce patron.

DSC_6025

Ça commence super mal. On nous dit de faire une fente dans le dos, sans nous expliquer vraiment quoi que ce soit (merci Coupe Couture pour ses tutos, sans ça, j’aurais bidouillé une fente ridicule…). Puis, il faut coudre le passepoil d’une façon pas très catholique ou orthodoxe, peu importe. Je ne sais pas si vous voyez bien sur l’emmanchure: c’est une surpiqûre qui tient en sandwich le passepoil.

DSC_6032

On continue en nous disant de poser des élastiques sur la doublure, sur les repères sur les côtés. Mais point de repères sur le patron. Merci. J’ai zappé les élastiques. J’aurais dû écouter ma maman qui me disait que ce patron était arrache-cheveux.

DSC_6031

DSC_6028

Vous allez me trouver dure ou têteuse (en français québécois: «maniaque pour des détails»), mais moi, l’amoureuse de la finition, j’ai fait un travail de cochon. Voilà, c’est dit. Le passepoil est mal posé à la ceinture et les carreaux ne sont pas raccord.

Là ça va (presque).

DSC_6040

Là, ça ne va plus.

DSC_6043

Portée, la robe est quand même très jolie, elle tombe à merveille, tourne juste ce qu’il faut et je sais que ma puce l’aime beaucoup. C’est ce qui compte, non? (mais je trouve ça toujours dommage quand mon passe-temps favori devient source de frustration…faudrait peut-être que je me soigne, avec ma maniaquerie des détails…)

DSC_6086

DSC_6089

DSC_6096

DSC_6109

DSC_6098

DSC_6108

À bientôt, avec de la couture plaisir!

Posté par NanouQc à 11:13 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 mai 2012

papillonner dans les fleurs

Je ne suis pas la seule à avoir craqué pour lespatrons p&m, de notre chère Madame Papillon et Mandarine. Pour mon premier essai, j’ai jeté mon dévolu sur une robe Blue Princess. Pendant que je patientais le temps que mes patrons traversent l’Atlantique, j’ai fait venir de la côte Pacifique un coupon d’un yard – le dernier, l’ultime et rarissime – d’un tissu que je zieutais depuis un bon 18 mois. Il s’agit d’un lin japonais, mélangé avec du coton (45%) répondant au nom de Ecrulat- La vie Lycéenne, par Kiyohara. La couleur décrite sur le site disait grey. Alors, oui, c’est presque grey sur les photos que je vous présente, mais en fait, c’est plutôt café-au-lait-dans-lequel-j’aurais-mis-trop-de-lait. Donc, beige.

DSC_5866

Les bretelles sont doublées en lin bleu nuit (Fabricville), c’est le côté blue de la princess. Le point de bourdon de ma machine de grande surface n’est pas au point (pas régulier du tout). Je suis à deux doigts d’en acheter une nouvelle… on ne s’entend plus très bien, elle et moi. Pour mon prochain essai, ce sera un ourlet roulotté à la surjeteuse...

DSC_5868DSC_5877

Bouton «cuivré» du Fabricville, et petit lien en cuir marron de chez Rix Rax.

DSC_5874

Pas de bande dans le bas, je trouvais que le tissu se suffisait à lui-même.

DSC_5876

J’ai bien fait de suivre à la lettre les mensurations sur le patron: ma fille de 4 ans fait plutôt du 6 ans en carrure,  donc l’empiècement du haut est en 6 ans et les autres pièces sont en 4 ans.

Vous voulez voir ce que ça donne, porté?

DSC_5882

DSC_5913

DSC_5936

Ma fille l’adore, elle l’aime à la folie, sa robe qui tourne. Et moi, je suis ravie du résultat. Je valide, j’approuve, je recommande sans réserve ce charmant patron.

DSC_5907

Je vous laisse avec une petite astuce de couturière, que j’ai trouvée bien pratique lors de la couture de cette robe. Peut-être – sûrement, en fait – que vous cousez, comme moi, le soir, quand les enfants sont couchés. Pas pratique pour le choix de la taille, si on n’a pas notre enfant sous la main. Alors j’ai imprimé des petites cartes de mensurations, chez oliver + s, pour noter les mensurations de mes filles une bonne fois pour toutes (enfin, à reprendre dans 2 mois, j’imagine, à la vitesse où les enfants grandissent…) Grâce à ça, fini les choix hasardeux, comme ça, à la va-vite le soir!

crédit photo – oliver +s (un petit clic-clic sur l’image, et vous pourrez télécharger votre measurement chart)

À très très bientôt (avec encore une robe, mais cette fois-ci, une robe à pique-nique…)

Posté par NanouQc à 20:43 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 avril 2012

Mademoiselle rétro ou Madame mémé …?

À vous de juger! La ligne est fine…

Une petite robe (modèle Puppet show dress, d’Oliver + S, patron qui n’existe plus en papier, mais heureusement disponible en format .pdf), en coton La Petite École, par French General pour Moda (collection de 2010), acheté chez Effiloché. J’avais déjà coupé dans ces coupons pour faire un pochon de rechange pour la garderie.

DSC_5780

Patron impeccable, quand même assez technique: des pinces à coudre (on voit rarement ça sur un vêtement d’enfant), une doublure complète pour l’empiècement, un ourlet rapporté pour le bas avec finitions à la main, 9 boutonnières, des bracelets de manche qui se boutonnent. Rien d’infaisable, mais ça demande un grand nombre de pièces à couper, et donc un certain temps à assembler.

DSC_5783

DSC_5789

DSC_5834

DSC_5797DSC_5788

DSC_5808

J’ai ajouté du passepoil au col. J’avais aussi glissé une dentelle entre l’empiècement devant et la jupe, mais ça faisait vraiment trop mémé, ça franchissait la (fameuse, et plus si fine) ligne…

DSC_5791

Du Oliver + S, ça taille l’âge exact. Donc du 2 ans, c’est pour un enfant de 2 ans. Je me doutais bien qu’elle serait trop grande pour ma micro-puce de 19 mois et demi. J’ai raccourci de 2 pouces le bas de la robe, la laissant volontairement longue en espérant que la jeune destinataire s’allongera cet été autant que mes plants de tomates.

DSC_5814

DSC_5822

DSC_5826

DSC_5840

Pour finir, si vous aimez les tissus délicieusement rétros de French General, la collection Petite Odile qui sort ces jours-ci ne vous laissera certainement pas indifférente:

imageimage

image

image

Posté par NanouQc à 18:03 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 avril 2012

Début des festivités!

Dans ce billet, vous trouverez, en vrac:

  • de la dentelle ;
  • Kurt Cobain jouant de la mandoline ;
  • une fille qui a retrouvé le goût de la couture.

J’ai officiellement rangé la couture hivernale, il est plus que temps que je me lance dans le plus léger. Ce n’est pas parce que les feuilles ne sont pas encore sorties des bourgeons qu’il faudrait que je me laisse surprendre bêtement avec des garde-robes à sec. Au Québec, le printemps arrive du jour au lendemain: tenons-nous prêtes!

DSC_5666

Pour étoffer la collection de mon aînée, un premier ensemble romantico-grunge – un peu, mais pas trop, on n’a que 4 ans. La jupe est une Philadelphie (en 4 ans), sous laquelle s’est glissé un jupon en broderie anglaise bordé d’une charmante dentelle. J’avoue avoir été inspirée sur ce coup-là par la douce Luce, que sœur Alma se plaît à habiller d’un jupon de tulle pour mettre en valeursesjoliestenues.

DSC_5657

DSC_5653

C’est la très fantastique Karine de Papillon et Mandarine que je dois remercier pour cette jupe: dans un généreux échange de ce qu’on trouve de chaque côté de l’Atlantique, elle m’a offert cette adorable dentelle (et beaucoup d’autres, je lui en avais passé commande, car je n’en trouve pas d’aussi jolie chez moi). Non contente de m’envoyer de telles merveilles, elle m’avait aussi glissé deux coupons deFrance Duval-Stalla.

DSC_5655

DSC_5658

Pattes de boutonnage en pointe plutôt qu’arrondies, pas de passepoil.

DSC_5654

Gros bouton en métal de chez Rix Rax, payé un bras chaque.

Le top est une Alioth,* du toujours aussi formidable Grains de couture, qui a subi une cure d’amaigrissement et un lifting des dessous de bras (je parle d’Alioth, là, pas du livre!). J’ai retiré un bon 6 cm de chaque côté pour une perte finale de 12 cm de largeur. J’ai remonté de 4,5 cm les côtés pour rétrécir l’emmanchure. Le dos nageur s’en est retrouvé redessiné, un peu plus creux que sur le modèle original. Note pour celles qui voudraient faire maigrir Alioth: ne faites ces modifications draconiennes que si vous utilisez du jersey, si vous voulez qu’il s’enfile facilement. Le biais est un biais étroit, acheté au Fabricville.

Et dans ce creux, se sont glissés deux petits bouts de dentelle. Merci Karine, again.

DSC_5692

DSC_5709

Je n’ai pas fait l’ourlet rapporté en bas, mais plutôt un ourlet-parementure (comme sur le t-shirt duSailboat top d’Oliver + S, si certaines connaissent). Si vous voulez en savoir plus sur cette technique, dites-le-moi, je ferai un petit tuto pour vous l’expliquer.

DSC_5678

Je ne suis pas hyper fière de mon boutonnage. Il faut dire que ma machine a avalé le tissu au moment de coudre la boutonnière. Et c’est de ma faute, j’avais oublié de mettre une aiguille à pointe bille.

DSC_5715

Quelques photos portées (on a fait 2 séances photos, une dedans, une dehors, c’est le gros gros luxe en avril…)

DSC_5697

DSC_5714

DSC_5719

DSC_5744

DSC_5735

DSC_5749

Sur ce coup-là,Tourisme Québec a intérêt à me verser une part, je fais la publicité gratuitement que c’est la canicule dans la Belle Province, et ce ne sont même pas des mensonges! À quand des Club Med à Montréal?

Posté par NanouQc à 22:37 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 mars 2012

Le sac du cocher

Aujourd’hui, je reviens avec un presque mini projet de rien du tout, pas du tout le projet que j’avais au départ d’où le titre. En bref, je planche depuis janvier sur une vareuse de cocher, pour moi. Tant que je n’aurai pas réussi, je vous laisse sur votre faim, vous ne saurez pas ce qu’est une vareuse de cocher. Vous ne pouvez pas savoir combien je peste contre moi-même, mes multiples erreurs, mes multiples ratés: on dirait qu’une vilaine fée s’est penchée sur ma machine à coudre pour être sûre que les maigres heures que j’ai pour coudre m’enragent. Ça y est, j’ai un projet-boulet, il fallait bien que ça m’arrive un jour.

Alors pour virer la vilaine fée, j’ai pensé qu’un petit quelque chose pour moi me ferait le plus grand bien, histoire d’oublier ces déconvenues couturesques. Et comme la mode est aux besaces, et que je craque tout autant sur celles tout liberty de Thaïs et Tibère que sur celle plus sobre de Froufrou et capucine, j’ai décidé que c’était mon tour de me gâter.

DSC_5480

Pour le patron, j’ai choisi le messenger bag taille large du livre Little things to sew (Oliver + s), que je ne présente plus. Un chouette modèle qui inclut une grande poche, et tout plein de petites poches, pour mettre tout et rien. Rien à dire sur ce patron, ni sur le montage, mis à part que j’ai développé de la corne sur les doigts, en bâtissant à la main mon biais au travers les 4 épaisseurs au minimum, 8 au maximum.

DSC_5449

Pour les tissus: le fameux liberty Wiltshire rouge (La Droguerie) qui couvre le devant, le dos et les rabats de poches, ainsi qu’un petit biais sur les côtés; une gabardine de coton kaki (Fabricville) pour la doublure et le fond du sac; du biais bleu nuit pour le tour (c’est dommage, les photos ne lui rendent pas justice, à ce biais, qui a beaucoup plus de gris que de bleu) et des attaches pour régler la bandoulière (Fabricville aussi).

DSC_5433

DSC_5432

Petit bouton purement décoratif, une étoile avec un M (pour maman?), dénichée chez Rix Rax.

La forme courbée en haut du panneau de côté est en fait un soufflet qui permet que le sac soit complètement fermé une fois le devant rabattu. Très ingénieux.

DSC_5443

Ce que vous ne voyez pas, c’est «l’entoilage» dont j’ai usé pour tonifier la besace (rien de moins réjouissant qu’un sac mou-mou qui n’a pas de tenue). J’ai coupé dans le restant de la toile de peintre qui avait servi de fond au théâtre de marionnettes.

Et c’est avec cette même toile de peintre que j’ai fait la bandoulière. Comme Mamoizelle K, j’ai utilisé la technique du tissu vieilli à la teinture au thé noir. Je trouvais que la version blanche faisait style qu’elle n’avait pas vécu… un petit bain dans un thé noir aux fraises des bois lui a donné cette jolie patine. Ce n’est encore une fois pas très visible sur les photos… bon.

DSC_5429

DSC_5468

DSC_5459

DSC_5483

Si je vous montre le contenu de ma besace, vous comprenez ce qui dévore mon temps ?

Posté par NanouQc à 15:13 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2012

(Ré)création

Notre petite dernière est née à midi, après avoir été conçue durant la nuit même. Un bon poids, tout de même. On a rarement vu ça de mémoire d’homme. On l’a appelée Germaine, c’est mignon, non?

 DSC_5395

Germaine a les mêmes yeux charmeurs et rieurs que son père.

DSC_5413

Par contre, son nez – vu sa longueur – doit certainement venir de sa mère. Désolée, Germaine. Son sourire, je crois que c’est le même que celui de sa sœur.

DSC_5398

Germaine fait connaissance avec les membres de la maisonnée.

DSC_5387

On l’a bien habillée, on ne peut pas laisser un nouveau-né, nu, dans le froid. Mission moufles sur ses petits doigts tout fins.DSC_5404

Un chicissime sac Paris acheté dans un aéroport par une gentille amie de la famille, porté avec un ceinturon Naf Naf du temps où j’y ai été vendeuse.

DSC_5391

Chèche en liberty wiltshire et petits boutons création exclusive de chez Rix Rax.

DSC_5403

Joyeuse fin d’hiver!

Posté par NanouQc à 13:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

29 janvier 2012

Mariage des genres

Absente de la blogo, ou présente en pointillés depuis décembre… disons que le manque de temps récurrent, l’absence de vacances à Noël, les Fêtes passées loin de la France et l’envie de profiter de mes filles quelques peu ont eu raison de moi.

À Montréal, l’hiver est solidement installé, même si on oscille entre tempête de neige et grosses averses verglaçantes. On profite de belles journées ensoleillées, par -5°/-10°C pour aller glisser en luge sur les buttes ou patiner au parc d’à côté. Et on accepte notre norditude avec le sourire. Pour ne pas trouver l’hiver trop long, rien de tel que de prendre l’air et de se rougir les joues. On revient à la maison, et le thé ou le chocolat chaud n’ont jamais été meilleurs.

DSC_5201

Et côté couture, alors? Je reprends tranquillement la fréquentation de mes machines, avec un «mélange des genres», un ménage à trois international, entre une Américaine, une Japonaise et une Française. L’Américaine, c’est encore et toujours les patrons Oliver + S. Cette robe est ma fierté (modèle Jump rope dress, vue B). D’abord pour ce tissu fantastique (Sherbet pips scooters par Aneela Hooey, pour Moda – formidable coton d’excellente qualité printed in Japan) acheté chez Effiloché. Je l’ai cousue en taille 5 ans, mais avec la longueur du 4 ans, pour la superposition.

DSC_5115 

Ensuite pour les mille et un détails que j’ai réussis à la (quasi) perfection. Je ne résiste pas au « pétage de bretelles » en vous montrant cette patte que j’ai si bien exécutée. Les patrons Oliver + S côtés «3 ciseaux» sont mon petit pêché mignon, car on y apprend toujours une technique. Juste pour ça, c’est une leçon de couture reçue et ça vaut le coup.

DSC_5107

(j’ai pris des photos avant la pose des boutonnières, par crainte qu’elles ne gâchent tout ce beau résultat)

DSC_5094

DSC_5315

DSC_5316

Les poches sont jolies à croquer.

DSC_5096

DSC_5114

Le petit revers de manche est simple, mais efficace (comme un revers de pantalon, mais aux manches).

DSC_5097

Et le col est vraiment parfait.

DSC_5100

DSC_5110

La contribution de la Japonaise à ce mariage est plus que légère. De simples leggings P du livre 72 chez les JCA (sous l’œil dubitatif de monsieur son père, qui ne comprend pas pourquoi je coudrais des leggings noirs alors que ça coûte 5 $ au magasin du coin – oui, mais j’en voulais un tout simple, sans bouton-pression, sans fermeture-éclair, sans sequins, juste un tout-nu). Jersey noir, du Fabricville.

DSC_5282

Finalement, la Française participe chaudement à ce mariage avec une lourde cape Syrma*, que j’ai vendue à sa petite destinataire comme étant son accessoire de printemps (comprendre mai). La petite demoiselle, qui vient tout juste de fêter ses quatre ans, a déclaré officiellement hier son ras-le-bol de l’hiver. Mais, ma pauvre chouette, on n’est pas sortis de l’auberge, si comme l’an dernier, on a des tempêtes en avril, – de lui répondre sa mère.

Passons. Je disais donc une cape Syrma* du livre Grains de couture, en lainage à manteau couleur « raisins écrasés » acheté au Fabricville. Petits boutons étoiles du Fabricville, itou. Parementure en batiste figue étoilée France Duval-Stalla et ourlet rapporté en biais maison et «martingale» en liberty tatum (tous deux achetés chez Lil weasel, lors de ma dernière traversée de l’Atlantique). Taille 6 ans.

Je n’ai pas fait les coutures pour les manches, mais je pense devoir les faire, car à l’usage, la cape tourne et une petite fille très active aura tôt fait de se retrouver avec le dos à la place du devant.

DSC_5309

DSC_5307

(l’image ci-dessus donne la couleur la plus fidèle du tissu, en fait)

DSC_5301

DSC_5312

Ma seule modification – méga-gigantesque, vous en conviendrez ;) – est que j’ai fait une patte de type « martingale » au dos, plutôt que de la coincer dans la couture du col. C’est pour la seule raison pratique que l’assemblage « col + cape + parementure + patte » me semblait un peu trop club sandwich et aurait été disgracieuse!

DSC_5284

DSC_5289

Le tout porté par une petite Française-Canadienne-Québécoise-Montréalaise, comme elle se définit elle-même. Et une avalanche de photos  sur le thème Singing in the rain (avalanche, parce que je crois n’avoir jamais autant été satisfaite du tombé de vêtements-maison).

DSC_5377

DSC_5320

DSC_5379

DSC_5334

DSC_5363

DSC_5369

DSC_5347

DSC_5341

DSC_5370

Sur ce long billet – je crois que j’étais en mal de blog pour avoir été aussi bavarde - je vous laisse. J’ai un magnifique plagiat sous le coude, pour moi. Plagiat de la marque américaine J.Crew que j’ai découverte il y a environ 6 mois et qui me titille les yeux avec ses superbes collections, mais ses prix impossibles.

21 décembre 2011

… et pour conclure

… pour conclure 2011, parce que franchement, je ne pense pas toucher énormément à ma machine (pardon, à mes machines, j’oublie tout le temps ma surjet’) entre Noël et le jour de l’an! Donc, je disais pour conclure une robe Alula*  du fantastique livre Grains de couture pour ma belle grande, à porter pour les festivités de la fin de l’année.

Je vous raconte l’histoire de ce livre et moi (mais si ça ne vous intéresse pas, passez direct au paragraphe suivant et aux photos!) Je ne parlerai pas du contretemps incroyable que j’ai eu à subir entre ma commande et la réception du dit livre (Amazon, douaniers, DHL…) Bref, il a bien fini par arriver un jour. Et là, je l’ouvre et je le lis de la couverture à la couverture; pas une ligne, pas un mot ne m’échappe, comme lorsque je lis n’importe quel billet tant attendu de Grains de maïs. Sauf que cette fois-ci… j’ai tout ce qu’il me faut pour concevoir du Grains de maïs moi-même. Paralysie, trac, je ne sais pas comment appeler ça… peut-être appréhension de m’approprier un style que j’ai vu plusieurs fois copié, mais jamais égalé. Est-ce que je suis la seule à qui ça a fait ça??? Cette impression que oui, ces pattes décoratives sont belles, mais ce n’est pas à moi… que oui, l’ourlet rapporté, c’est génial, mais ce n’est pas ma technique… Bon, ça m’a passé finalement, ça m’a quand même pris une douzaine de jours. Mais j’ai réussi à recopier le patron d’Alula* et la voilà!

DSC_4854

(mes photos portées sont pourries, mais dans le Grand Nord  (oui, oui, Montréal, c’est le Grand Nord), la lumière naturelle en hiver, quand il ne neige pas… c’est entre midi et 15 h, pile les heures de sieste).

La robe est en fin lainage à carreaux (Fabricville). J’ai aussi utilisé un biais noir pour les ourlets rapportés et des boutons en métal, que j’adore  (Fabricville, encore).

DSC_4795

DSC_4791

DSC_4798

J’ai taillé mon col dans le biais, pour un petit effet graphique intéressant (et aussi parce que c’est ainsi que le col replié se taille dans la School photo dress d’Oliver + S, faite ici et ici).

DSC_4787

Les pattes sont en  popeline grise (pour celle du dessous) et en coton imprimé de la designer Annita Hoey, Sherbet pips, pour Moda (trouvé chez Effiloché). Ce tissu-là, vous allez le revoir, je l'aime d’amour. Les brides sont en lien ciré (Effiloché aussi).

DSC_4788

En taille 6 ans pour une enfant de pas tout à fait 4 ans, ça taille petit aux emmanchures (à cause de nos épaules de bucheronnes héréditaires, je suppose).  J’aime plus ou moins le fait d’avoir à faire un ourlet rapporté aux emmanchures, justement (je trouve que ça plisse, c’est trop arrondi). Donc dans une version printanière ou estivale, je pense élaborer une parmenture qui permettrait l’absence de couture à cet endroit.

DSC_4880

DSC_4840

DSC_4834

DSC_4844

DSC_4833

Ce modèle tombe super bien, il a un grand succès auprès de sa destinataire qui trouvait que ses robes ne tournent pas assez. Avec celle-là, elle est servie! J’ai vraiment beaucoup aimé coudre du Grains de maïs. Les explications sont claires et accompagnées de nombreux schémas, c’est probablement avec ce livre que j’aurais voulu commencer… surtout pour le cahier explicatif (et encore plus parce qu’il contient des modèles jamais vus ailleurs).

Et je ne peux pas vous laisser sans vous montrer le bonnet de Noël merveilleusement rasta que la fantastique dame qui garde mes puces a tricoté. Avouez que ça change des bonnets de Noël en feutrine avec étoiles clignotantes…

DSC_4981

DSC_4984

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’années, entourées de tout ceux qui vous sont chers. Et on se retrouve en 2012!

Posté par NanouQc à 21:22 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,