02 novembre 2013

Forrest Gump #3 - son premier jour d’école

Je vous offre le pop corn, installez-vous confortablement, voilà la suite des aventures de Forrest!

Vous savez, c’est marrant comme on se rappelle certaines choses, mais qu’on oublie les autres?

- Fais de ton mieux, maintenant, Forrest.

– J’te l’promets, Maman.

Forrest avant de monter dans l'autobus

Photo tirée de Forrest Gump. Réalisé par Robert Zemeckis. 1994.

image

DSC_0951

Je m’rappelle ce trajet en bus mon premier jour d’école. Très bien.

 

Eh oui, Forrest rentre à l’école… et c’est justement là qu’il va rencontrer l’amour de sa vie…  La suite de l’histoire,  c’est demain, sur le blog de la talentueuse Muriel (Des étoiles et des pois)! (vous commencez à comprendre le principe, non?)

****************************************

Pour vous faire patienter jusqu’à la photo de demain, est-ce que ça vous tente que je vous raconte le making of de ma scène?

On commence par la partie «couture», la plus facile.

Forrest porte un bermuda Huckleberry  de p&m en lainage bleu marine et un polo bleu ciel du commerce (ben oui, dans le projet, on n’était pas obligées de coudre tous les vêtements!!!). Sous son bras, le livre rouge de Forrest et à sa main, un sac brun contenant son lunch. Forrest a les jambes tordues, donc des baguettes de restaurant chinois lui servent d’atèles ;]

Je suis un peu gênée de vous présenter les photos du bermuda, parce qu’il a déjà été beaucoup porté. Et comme mon lainage n’était pas d’hyper bonne qualité, il a peluché après quelques lavages… Je dois cependant dire tout mon amour pour ce modèle Huckleberry. J’ai deux filles à la morphologie très différente. Souvent, on me dit que je suis chanceuse de pouvoir réutiliser les vêtements de l’aînée pour les donner à la deuxième. C’est loin d’être toujours possible, parce que ma plus jeune est si fluette que peu de pantalons de sa sœur lui vont (même avec élastique réglable…) Mais ce modèle lui va à la perfection, il est vraiment fait pour sa morphologie. Donc je vais certainement lui en coudre d’autres, en version longue pour l’hiver.

DSC_1552

Poches passepoilées (en gris perle), pour le côté chic.

DSC_1561

Ceinture fleurie (Citron Gray de Michael Miller), parce que c’est tout de même un bermuda de fille.

DSC_1574

DSC_1578

Bermuda porté ici avec une tunique Oslo, C’est dimanche, cousue il y a 3 ans et demi et jamais montré sur ce blog… puisque je n’avais pas de blog à l’époque (mais tout de même présenté sur le site des addicts).

DSC_1781

DSC_1739

DSC_1757

Maman Gump porte quant à elle une robe Oliver + S, modèle Jump rope dress. En 1950 et quelques, Maman Gump exhibe , sans le savoir, la couleur Pantone de 2013. Tissu plumetis vert émeraude, du Fabricville.

DSC_0371

Boutons plasticos qui ressemblent à des bonbons – ou à des poignées d’armoire en mélamine – du Fabricville.

DSC_1588

DSC_1643

Véritable bouton d’époque sur les poches, en tout cas, du milieu du siècle dernier.

DSC_0364

Voyez comme Madame Gump porte sa robe avec élégance!

DSC_1638

DSC_1685

DSC_1648

DSC_1673

###########

Petit retour sur la séance photo, maintenant. Au départ, mon chéri et moi avions caressé l’espoir secret de réussir à réunir, pour la photo:

  • un chemin de terre;

  • une bûche pour faire le siège de Forrest;

  • un autobus scolaire;

  • du soleil;

  • du ciel bleu;

  • des figurantes coopératives.

Bon.

Finalement, on a laissé tomber cet espoir, qui fonctionnait de moins en moins. D’abord, parce que Madame-ma-fille-Gump déteste (enfin, détestait) sa robe. Ensuite, parce que les autobus scolaires ne circulent que du lundi au vendredi et que nous ne sommes disponibles pour faire les photos que le samedi et le dimanche. Aussi parce qu’on a trouvé une souche d’arbre qui aurait été parfaite, mais quand on s’en est approchés, on a constaté qu’elle était creuse et qu’elle servait de poubelle. Bref, que des bâtons dans les roues. Donc on a fait comme on a pu, pour un résultat finalement à notre goût!

On a choisi une belle roche en bordure de chemin (pour mes lectrices, ce que vous ne voyez pas, à droite, c’est le fleuve Saint-Laurent, on est loin de l’Alabama).

DSC_0917

On a ensuite montré aux figurantes comment prendre la pose. [La dame avec la manteau rouge nous a trouvé ben ben timbrés.  Elle nous a regardés tout le temps, se demandant probablement s’il ne fallait pas appeler la DPJ (équivalent de la DDASS en France). ]

DSC_0934

On a eu des clichés catastrophiques, comme celui-ci, où Madame Gump a pris un sérieux coup de vieux:

DSC_0938

ou celui-ci, où ni Forrest, ni sa mère ne semblent heureux dans la vie (on peut comprendre, c’est la rentrée).

DSC_0947

ou encore celui-là, avec un message de joues, pré-rentrée des classes. C’est bien connu, tous les enfants se font masser les joues par leur maman avant d’entrer à l’école. Ça rassure.

Joues gonflées

Pour en arriver à la photo la plus satisfaisante…

DSC_0951

La scène du film qui m’a été attribuée, ou plutôt que je me suis auto-attribuée, contenait un bus jaune, très facile à trouver sur nos routes québécoises, particulièrement entre 7 h 30 et 8 h 10 du matin. Je suis donc allée en photographier quelques-uns jusqu’à ce que je réussisse à avoir un cliché potable pour la photo. Ça aussi, ça n’a pas été évident, parce qu’il fallait que je trouve un autobus vide (on parle tout de même d’un moyen de transport destiné aux enfants donc j’avais toujours l’air suspicieuse avec mon appareil à traîner autour des écoles). J’ai bien dû prendre une cinquantaine de clichés avant d’en avoir un qui allait avec la photo de mes actrices.

DSC_1497

Mes impressions sur ce défi? Bon, d’abord, il faut que je vous avoue que j’en suis l’une des organisatrices. Donc je savais bien dans quoi je m’embarquais (héhé, rire démoniaque). J’ai adoré toute l’organisation autour du projet, même si ça a pris beaucoup de temps, beaucoup de courriels, beaucoup d’échanges. J’ai surtout adoré, en fait, tout le côté «social» de la chose. J’ai découvert et connu des blogueuses formidables, ce qui est toujours un privilège!

Je ne sais pas si on refera ce projet, un jour ou un autre. Ni si mes Forrest Girls re-signeront pour une 2e édition (quoique je sais que certaines sont hyper motivées). Ni si on trouvera un autre film qui nous inspire (à vos suggestions, les lectrices!) Mais quoi qu’il advienne, cette édition aura été toute une aventure, on s’en souviendra! J’espère que vous avez autant de plaisir que nous à découvrir l’histoire, jour après jour. Pour moi, c’est chaque matin un nouveau chocolat dans la boîte, je ne sais jamais trop sur quoi je vais tomber, mais c’est booooooooooooon!

****************************************

Si vous prenez le train en route… je vous rappelle que vous pouvez voir le début de l’aventure, commencée il y a deux jours,  les scènes que vous avez manquées, ICI (Une idée derrière la tête) Laissez-vous porter!

Si vous avez manqué la scène d’hier et que vous désirez rencontrer le King en personne, c’est chez ELLE (Batman et bobines).

Et demain, je vous rappelle qu’on s’en va chez ELLE, notre Madame Des étoiles et des pois, pour la scène suivante!

Posté par NanouQc à 19:14 - - Commentaires [78] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


21 octobre 2013

octobre est presque fini…

… et il n’y a presque plus de feuilles dans les arbres. On voit novembre approcher, et on craint un brin ce mois durant lequel il fait froid, ce mois d’acclimatation à nos frissons. Pour retenir un peu de cet octobre magnifique, de ce soleil qui a encore quelques forces, de ces feuilles qui croustillent  à nos pieds, j’ai choisi la couleur, j’ai choisi la lumière, j’ai choisi la chaleur.

Et je l’envoie à ma nièce, jolie nièce estivale.

DSC_1412

Une Oslo de C’est dimanche, en liberty Betsy fluo-thé (Stragier) et revers en lin bleu nuit (Fabricville).

DSC_1475

Un bloomer des Intemporels pour bébés, modifié pour avoir un plastron sur le devant. L’élastique est glissé de part et d’autre du plastron, pour que celui-ci ne soit pas froncé. Un océan me séparant du bébé, je croise les doigts pour que l’effet soit tel que je le voulais. Boutons de bottine argent du Fabricville, lainage gris de la collec’ de ma maman (elle me l’a apporté de France cet été, et il repart pour Paris ces jours-ci. J’aime l’idée de ces voyages), dentelle offerte par Madame Papillon et Mandarine.

DSC_1436

DSC_1449

Un petit lutin de Saint-Élie-de-Caxton, adopté cet été en visitant le village du conteur Fred Pellerin, vient rejoindre la tenue.  Si vous ne connaissez pas ce village, sachez qu’il s’agit du seul endroit au monde où il y a  des «traverses de lutins» (comprenez des passages piétons destinés aux lutins). On y trouve aussi le seul «arbre à Paparmane» au monde (la paparmane est un petit bonbon rond, généralement à la menthe. L’arbre à Paparmane de Saint-Élie-de-Caxton produit spécifiquement des paparmanes roses, une rareté).

Artisanat québécois, La Terre et toi,  par Annie Rousseau. Fait à partir de matériaux récupérés.  Je le trouve vraiment trop mignon, ce lutin.

DSC_1429

Et porté, ça donne quoi?

DSC_1457

Allez, on fait un petit effort d'imagination, je n’ai pas de bébé sous la main pour savoir si c’est joli ou non. Mais mon petit doigt me dit que cette petite fille sera craquante dans sa tenue…

Posté par NanouQc à 13:19 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 juin 2013

Le tapis rouge des demoiselles insectes

Celles (et ceux, oui, oui, je sais que deux trois messieurs viennent visiter mon blog, pas besoin de vous cacher) qui suivent mes coutures depuis quelque temps ont peut-être remarqué que mes choix d’imprimés sont assez conventionnels. Il y a les unis, bien sûr. Les carreaux, toutes sortes de carreaux. Et les petites fleurs, toujours de jolies fleurs. On trouve aussi les graphiques, généralement des pois ou des ombres chinoises.

Mais jamais je ne m’étais lancée dans les animaux. Pas de gigoteuse à éléphants roses. Pas de peluche trop mignonne en forme de kangourou ou de coussin doudou en girafe. J’ai toujours maintenu une certaine distance avec l’animal (est-ce le temps d’entamer une psychanalyse?)

Et finalement, il m’est arrivé un truc incroyable. Le jour de la fête des mères (prétexte parfait pour obtenir tout ce qu’on veut). J’ai trainé ma smala au Effiloché où j’ai eu un coup de foudre dingue pour un imprimé coccinelle (Oops a daisy, par Keiki, pour Moda).  Comme par hasard, ce n’est pas un vrai de vrai imprimé «entomologique», les coccinelles sont plutôt graphiques, de loin on dirait des pois complexes.

Et puis, trop bien, cet imprimé japonais, réellement japonais du Japon, venait en deux fonds: un à fond blanc et un à fond chocolat. De quoi s’amuser, hop, 1 m de chaque dans mon panier. Alors me voilà, aujourd'hui, à vous présenter ce que j’ai fait de ces imprimés (et il m’en reste un peu).

Un polo, imprévu, et puis finalement. Le rouge, hein, quand on en trouve deux pareils, on ne se fait pas prier. C’est toujours le patron Jalie, déjà utilisé pour le défi polo, mais ici en taille 5 ans. Parfait encore une fois, aucune mauvaise surprise. En jersey rouge, cadeau de l’arrière-grand-mère.

DSC_9207

DSC_9208DSC_9218

DSC_9230

DSC_9222

DSC_9227

DSC_9224

DSC_9346

DSC_9349_bis

DSC_9381_bis

DSC_9338

DSC_9347

Ensuite, un petit haut que je voulais coudre l’an dernier, mais j’ai manqué de temps, l’été était trop beau. Il s’agit du Badminton top de Oliver + S. Relativement facile à coudre et surtout, magie encore une fois de ces patrons: pas de couture à la main.

DSC_9183

Ci-dessus, c’est la photo m’as-tu-vu à destination de mes lectrices françaises: j’avais tellement de soleil que j’ai été obligée de fermer les rideaux pour prendre mes photos. Non, non, on ne tape pas… Et puis, ça ne sert pas à grand chose que je fasse ma crâneuse: il fait si chaud que mes filles sont dégoulinantes de sueur sur les photos portées. La classe.

DSC_9187

DSC_9189

DSC_9281

DSC_9305

DSC_9275

Pour accompagner ces deux hauts, une jupe droite, encore de Oliver + S, mais cette fois-ci, c’est la Sailboat skirt. Patron que j’adore littéralement, hyper simple, bien conçu, à la coupe élégante, mais aussi sportive. Parce que lorsqu’on est enfant, on ne peut pas avoir l’air trop chic non plus. Il y aura bien de belles années plus tard pour se donner des allures de dame.

DSC_9172

…encore ce rayon de soleil…

DSC_9175

Taillée dans un reste du tissu utilisé pour faire ma Victoria Street, il y a 2 ans. Boutons de ma collec’ vintage.

DSC_9177

DSC_9181

DSC_9272

DSC_9308_bis

Pour finir, j’ai ressorti un de mes premiers patrons pour mettre à l’épreuve son caractère évolutif. Milano, deC’est dimanche pour vous servir. Il est en taille XS, pour donner une robe de 2 ans et un top de 6/8 ans. Ça tombe bien, ma plus jeune s’habille en 2 ans et ma plus vieille en 6/8 ans (elles ont 2 ans et demi d’écart, mais en vêtements, c’est plus de 4 ans de différence.) Si je vous dis que c’est le vêtement que je préfère dans cette petite collection colléoptèresque, vous comprenez?

DSC_9324

Bretelles en velours milleraies très fin marron (non surpiquées, ça aurait fait bizarre sur les raies du velours);  bandes en plumetis blanc, à nouer.

DSC_9331

DSC_9335

DSC_9333

Portée en robe par la plus jeune:

DSC_9428

DSC_9448

DSC_9435

La photo de dos, juste pour les cheveux. On est allés les faire couper il y a 10 jours, pour la première fois. Ma coiffeuse pensait que cette première coupe serait fatale aux bouclettes de bébé (ça avait été le cas pour mon aînée). Et les bouclettes ont survécu

DSC_9438

Portée en tunique par la plus vieille (avec un micro-short en-dessous, qu’on ne voit pas forcément sur les photos…)

DSC_9388

DSC_9383

DSC_9402

DSC_9391

P.-S.  La fête des mères, en Amérique du nord, est 2 semaines plus tôt que celle de la France. Donc, non non, je ne suis pas plus productive qu’il faut,  je couds tous ces morceaux depuis quelque temps…

Posté par NanouQc à 15:41 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

23 janvier 2013

La[robe] qui ne s’enfilait que par la tête et la petite [veste] qui jouait à la grande

Premier billet de l’année. J’ai volontairement coupé ma présence à l’ordinateur ces  dernières semaines, donc je ne suis pas venue autant que je l’aurais voulu vous porter mes vœux dans vos chez vous (roooh, l’allitération en V). Je me rattrape ici, en vous souhaitant une très heureuse année 2013, la santé pour vous et pour ceux que vous aimez, amour et créativité!

Aujourd’hui, une couture de 2012 et une couture de 2013.  La robe (ratée) en 2012; la veste (épatante) en 2013. Je vous montre le pire en premier et le meilleur en second, d’accord?

Comme annoncé dans mon dernier billet, une petite robe noire, ethnique et comique. Alors rions un peu de cette [robe] qui ne s’enfile que par la tête (parce que les hanches ne passent pas). Cet été, j’ai cousu une robe à pois dans un patron Lisette, et comme elle m’allait vraiment bien, je me suis dit qu’une version hivernale serait super. Quand on a un patron «valeur sûre», on fonce tête baissée. Alors j’achète un jersey noir au Fabricville, jersey laineux imprimé dans la lisière, qui me fait complètement craquer pour son côté ethnique discret. Pour moi, la discrétion de ce genre de motif est indispensable, car mes vêtements doivent durer le plus longtemps possible. Donc pas de choses trop trop à la mode, sinon, je déteste mon vêtement trop rapidement.

DSC_8256

J’ai scrupuleusement fait cette version à l’identique de la précédente… sauf qu’au moment du premier essayage, je me suis rendu compte que je n’entrais pas dans la robe, ou alors au prix d’une contorsion monumentale en l’enfilant par la tête. Ne parlons pas du déshabillage: sans l’aide de mon chéri, je serais encore coincée dedans. J’ai donc réessayé la version à pois de cet été pour voir si c’était une prise de poids abrupte qui faisait que je n’entrais plus dans le modèle. Ben non, la robe à pois me va (encore) comme un gant. Après réflexion et observation du comportement du jersey noir (parce que du jersey, c’est élastique, d’habitude), j’ai fini par comprendre que d’avoir coupé le tissu dans le sens où je l’avais coupé, pour avoir le motif dans le bas de la robe, avait créé une tension qui «rétrécissait» le tissu.

Ce qu’il y a de bien avec les patrons Simplicity, c’est leurs gigantesques marges de couture (1,5 cm). D’habitude, ce gaspillage de tissu m’énerve un peu, mais là, j’ai béni ces marges pour aller leur raboter les centimètres qui me manquaient. Le résultat? MMMmmmm, comment dire, beaucoup, mais alors beaucoup plus sExy que je ne le voulais au départ… J’ai décidé de ne pas la porter à Noël pour m’éviter des remarques du type «alors, tu attends ton petit 3e?»

DSC_8232

DSC_8257

Sur la photo ci-dessus, j’ai arrêté de respirer pour rentrer mon ventre et on voit très bien les petits plis à la taille qui montrent pas A + B que la robe est trop étroite pour descendre sur mes hanches.

DSC_8263

DSC_8237

DSC_8258

La fermeture-éclair gondole dans le dos, encore une fois, à cause du tissu qui tire trop.

Mais quand même, j’adore l’imprimé de cette robe, j’en suis raide-folle-amoureuse. Peut-être que je porterai cette robe avec la veste, pour cacher le fait que mes épaules craquent en haut. À voir. C’est surtout qu’on a beaucoup besoin d’oxygène quand on veut parler fort à toute sa classe… et si je m'évanouis en classe parce que ma robe m’empêche de respirer, est-ce que c’est considéré comme un accident du travail?

Quant à la veste, c’est Haussmann lady de C’est dimanche que je vous présente. Je dois un énorme merci à Mme Reloux de m’avoir offert ce patron, au cœur d’un échange improvisé. Merci, merci, merci (et vive la blogo!) Le tissu est un lainage mauve, rayé blanc, du Fabricville: je voyais à cette veste un petit air«Chanelisant».

DSC_8269

DSC_8285

DSC_8304

J’ai beaucoup aimé coudre cette veste: au cours de la confection, j’y ai vu particulièrement le commentaire que s. Alma faisait « Vous ne le voyez peut-être pas, mais c'est un tournant dans mon travail... […] un modèle pour femme. […] Un blouson, mais avec des détails couture. » Un modèle bien taillé – j’ai coupé le mien en 40, pour avoir de la place – pas plus compliqué que Victoria street. Poser la fermeture à glissière est super facile, vu qu’elle s’ouvre complètement. Pour les têtes manches, j’ai préféré coudre à 1 cm de marge de couture plutôt que 0,75 cm, je trouve que ça rentrait plus facilement l’embue sans faire de petits plis.

DSC_8271

J’ai vraiment aimé coudre la doublure (ici, entièrement doublée en vrai tissu à doublure et passepoil noir).

DSC_8276

DSC_8307

DSC_8308

J’ai surpiqué les plis plutôt que de les fixer avec un bouton, la surpiqûre étant plus dans cet état d’esprit Chanelisant que je recherchais.

DSC_8299

Mes quelques critiques ne concernent que les choix éditoriaux du patron. D’abord, je trouve que des marges de couture de 0,75 cm pour un tel modèle, c’est trop peu. Sachant que celui-ci est destiné à du lainage et que le lainage s’effiloche toujours un peu, on se retrouve vite avec des marges de 0,5 cm: c’est propice à l’autodécousage des coutures si elles subissent trop de tension. Donc pour une prochaine réalisation du modèle, j’augmenterai les marges. D’autre part, les manches sont un peu trop larges à mon goût. Finalement, je pense qu’avant de faire les lignes de surpiqûres de la ceinture (8 dans mon cas), il aurait peut-être été mieux de bâtir la ceinture en quelques points stratégiques pour éviter qu’elle ne s’étire. Cet étirement est assez visible sur mon tissu clair et c’est un petit détail qui me chicotte.

Mais quand même, je crois que je peux dire merci à la veste d’avoir sauvé la robe, non?

Posté par NanouQc à 15:55 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 juillet 2012

je me souviens

Aujourd’hui, j’écris un billet un peu intime, à saveur sentimentale, retour en arrière…  Voyez-vous, cet été, je célèbre mes 10 ans de vie au Québec, mes 10 ans d'immigration. Je fais quelques essais, à l’occasion, pour revenir m’installer en France… Mais je ne semble pas y être attendue et le Québec continue de me dérouler le tapis rouge, alors…Chaque immigrant a son histoire, voici quelques bribes de la mienne. J’avais 20 ans. Je devais rester 8 mois pour un échange universitaire. Bon. Et ça fait 10 ans, finalement, que je suis là. Il y a 10 ans, j'étais seule avec ma valise. Aujourd'hui, j'ai une famille et beaucoup trop de bagages pour ne remplir qu'une valise.

Ce qui m’a fait rester, ce ne sont pas les hivers trop longs et les étés trop chauds. Ce n’est pas la poutine, avec ses frites graisseuses et son délicieux fromage en grains. Ce n’est pas l’accent québécois et ses expressions que même le plus réfractaire des Français finit par adopter.

Ce qui m’a fait rester, ce sont les gens. C’est cette poignée de personnes qui ont croisé ma route durant ces 10 ans et qui sont toujours là, de près ou de loin, que je revois précieusement. Une de ces personnes, Véronique, a une place toute particulière. Dans mes premières années ici, j’ai connu beaucoup de bas – ce qui est normal, quand on fait les choix que j’ai faits à l’époque – et Véronique, chère Véronique, venait cogner presque tous les dimanches soirs à ma porte, partager mon repas et jaser. Elle ne restait pas longtemps, mais ces weekends de solitude pas toujours évidents étaient interrompus pas son superbe rire.

Depuis peu, Véronique est maman. Un petit Ernest  magnifique qui a la chance extraordinaire d’être né dans la famille où il est né. Alors pour souligner son arrivée sur terre, rien de mieux que de se lancer dans la couture « bébé garçon ».

Forcément, je suis allée directement dans la couture d’automne. Pour commencer, une salopette Petit Faune, patron no 59 (encore pioché dans la collection «antique» de ma maman), en 6/9 mois (les revers permettant d’allonger la durée d’utilisation du vêtement). Elle est en velours milleraies du Fabricville. Le lien noué sur le devant est en P’tits gris de la Droguerie.

DSC_6684

Elle a plein de détails craquants. Deux petits passants sur le devant (vraiment petits, croyez-en mes doigts) pour y glisser un lien que l’on noue.

DSC_6691

Une belle grande poche.

DSC_6689

J’ai finalement une nouvelle machine à coudre, ça se voit, non?

DSC_6677

Un dos élastiqué avec une double coulisse, des bretelles croisées dans le dos.

DSC_6681

Le devant est froncé sous la ceinture.

DSC_6686

Pas du tout pour être portée avec la salopette, car taillé en 12 mois, une Galway de C’est dimanche. Très inspirée par le défi IKKS (auquel je n’ai pas participé… oups), j’ai repris l’idée du bimatière qu’on a vue un peu partout: le haut est en jersey de coton gris (Fabricville), le bas est en P’tits gris (la Droguerie), les boutons viennent de Rix Rax.

DSC_6692

Si vous avez manqué mon dernier billet sur la technique de la sous-piqûre, je vous invite à aller le lire pour connaître la technique idéale pour obtenir une belle finition à l’encolure.

DSC_6694

Le dos est pressionné, pour faciliter la vie de la maman.

DSC_6696

Pour entrer en toute tranquillité dans les premières froidures d’octobre, des petites moufles/mitaines en polaire. Patron tiré du livre Little things to sew de Liesl Gibson. Un bonheur de coudre ce modèle, ça prend moins d’une heure et le résultat est adorable. Polaire lignée de mon stock perso et biais en jersey récup’ d’un t-shirt de mon chéri.

DSC_6707

DSC_6710

Le petit chapeau/tuque à oreilles est tiré du même livre. C’est la deuxième fois que je couds ce modèle, et décidément, c’est toujours un plaisir. En tout, un petit 2 h aura suffi pour coudre mitaines et tuque.

DSC_6715

DSC_6712

DSC_6711

DSC_6717

Voilà, petit Ernest est paré pour l’automne!


15 avril 2012

Début des festivités!

Dans ce billet, vous trouverez, en vrac:

  • de la dentelle ;
  • Kurt Cobain jouant de la mandoline ;
  • une fille qui a retrouvé le goût de la couture.

J’ai officiellement rangé la couture hivernale, il est plus que temps que je me lance dans le plus léger. Ce n’est pas parce que les feuilles ne sont pas encore sorties des bourgeons qu’il faudrait que je me laisse surprendre bêtement avec des garde-robes à sec. Au Québec, le printemps arrive du jour au lendemain: tenons-nous prêtes!

DSC_5666

Pour étoffer la collection de mon aînée, un premier ensemble romantico-grunge – un peu, mais pas trop, on n’a que 4 ans. La jupe est une Philadelphie (en 4 ans), sous laquelle s’est glissé un jupon en broderie anglaise bordé d’une charmante dentelle. J’avoue avoir été inspirée sur ce coup-là par la douce Luce, que sœur Alma se plaît à habiller d’un jupon de tulle pour mettre en valeursesjoliestenues.

DSC_5657

DSC_5653

C’est la très fantastique Karine de Papillon et Mandarine que je dois remercier pour cette jupe: dans un généreux échange de ce qu’on trouve de chaque côté de l’Atlantique, elle m’a offert cette adorable dentelle (et beaucoup d’autres, je lui en avais passé commande, car je n’en trouve pas d’aussi jolie chez moi). Non contente de m’envoyer de telles merveilles, elle m’avait aussi glissé deux coupons deFrance Duval-Stalla.

DSC_5655

DSC_5658

Pattes de boutonnage en pointe plutôt qu’arrondies, pas de passepoil.

DSC_5654

Gros bouton en métal de chez Rix Rax, payé un bras chaque.

Le top est une Alioth,* du toujours aussi formidable Grains de couture, qui a subi une cure d’amaigrissement et un lifting des dessous de bras (je parle d’Alioth, là, pas du livre!). J’ai retiré un bon 6 cm de chaque côté pour une perte finale de 12 cm de largeur. J’ai remonté de 4,5 cm les côtés pour rétrécir l’emmanchure. Le dos nageur s’en est retrouvé redessiné, un peu plus creux que sur le modèle original. Note pour celles qui voudraient faire maigrir Alioth: ne faites ces modifications draconiennes que si vous utilisez du jersey, si vous voulez qu’il s’enfile facilement. Le biais est un biais étroit, acheté au Fabricville.

Et dans ce creux, se sont glissés deux petits bouts de dentelle. Merci Karine, again.

DSC_5692

DSC_5709

Je n’ai pas fait l’ourlet rapporté en bas, mais plutôt un ourlet-parementure (comme sur le t-shirt duSailboat top d’Oliver + S, si certaines connaissent). Si vous voulez en savoir plus sur cette technique, dites-le-moi, je ferai un petit tuto pour vous l’expliquer.

DSC_5678

Je ne suis pas hyper fière de mon boutonnage. Il faut dire que ma machine a avalé le tissu au moment de coudre la boutonnière. Et c’est de ma faute, j’avais oublié de mettre une aiguille à pointe bille.

DSC_5715

Quelques photos portées (on a fait 2 séances photos, une dedans, une dehors, c’est le gros gros luxe en avril…)

DSC_5697

DSC_5714

DSC_5719

DSC_5744

DSC_5735

DSC_5749

Sur ce coup-là,Tourisme Québec a intérêt à me verser une part, je fais la publicité gratuitement que c’est la canicule dans la Belle Province, et ce ne sont même pas des mensonges! À quand des Club Med à Montréal?

Posté par NanouQc à 22:37 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 septembre 2011

Wall Street girl

Ma fille de 3 ans et demi n’aime que les jupes et les pantalons, impossible de lui faire enfiler une robe. Les deux modèles qu’elle a le plus portés cet été (et quand je dis «plus portés», je ne suis pas fidèle à la réalité, elle n’a quasiment QUE porté ces jupes) étaient la jupette à volants (Pochée, vol. 7) et la Sailboat skirt  d’Oliver + S.

Le plus logique était donc de refaire ces modèles pour cet hiver. J’ai commencé  par la Sailboat skirt. En lainage mélangé gris rayé blanc, de Fabricville, j’ai voulu casser le côté J’ai 3 ans et demi et je travaille à Wall Street, en jouant avec le sens des rayures, et surtout en cousant des boutons moutarde. Une fois la jupe terminée, je la trouvais encore trop Wall Street, seul un compagnon plus relax pouvait lui sauver la mise.

DSC_3845

DSC_3848DSC_3866

Je ressors du placard mon patron Saint-Petersbourg et son supplément – ça fait un bail que je n’ai pas cousu du C’est dimanche, pourquoi déjà? Tout est parfait . J’ai coupé dans un chambray prévu pour cet été, mais comme je n’ai rien cousu cet été… eh bien il parfait pour l’automne.

DSC_3832

DSC_3840

DSC_3838

Pas tout à fait convaincue des deux morceaux de cet ensemble avant de le voir porté, c’est quand ma grande les a fait vivre qu’ils ont pris tout leur sens. J’adore la silhouette générale de l’ensemble, la jupe ajustée et près du corps, et le haut large, bouffant. (C’est possiblement les dernières photos d’extérieur de la saison, j’en profite!)

DSC_3910

DSC_3902

DSC_3865

DSC_3900

DSC_3856DSC_3870

Bon, c’est bien joli tout ça, mais il me reste deux costumes d’Halloween à coudre… et je n’ai aucune idée…

Posté par NanouQc à 10:22 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 mai 2011

Pour un bébé joli

Un cadeau de naissance pour une petite Juliette qui vient de voir le jour. Deux petites tenues pour l’été, l’une en 3 mois, l’autre en 6 mois pour être sûre que sa maman aura de quoi l’habiller du début à la fin de la saison.

Rien de bien original, vous ne trouverez pas ici les exploits couturesques d’Ivanne, qui, quand elle prépare un cadeau de naissance, nous fait toutes rougir de honte. Deux bloomers des Intemporels pour bébé, en 3 mois (capel rose) et en 6 mois ( La Petite École de French General pour Moda, voir le billet précédent pour la jupette dans le même tissu).

DSC_2571_thumb

DSC_2566_thumb14DSC_2561_thumb16

Pour aller avec le bloomer en capel, j’ai concocté un petit haut en broderie anglaise écrue (les fleurs du capel étant aussi écrues) de chez Fabricville. Patron maison, inspiré de celui des Intemporels pour enfants. J’ai utilisé le gabarit d’une robe d’un patron Simplicity 2905 (patron utilisé pour ce chapeau). J’ai élargi les devants pour un maximum de fronces

DSC_2625_thumb

Le dos est élastiqué.

DSC_2635_thumb6

Comme le dos est légèrement plus bas que le devant, les bretelles sont plus longues derrière que devant, et ça arrive pile poil à la même longueur pour nouer sur les épaules.

DSC_2627_thumb9DSC_2631_thumb11

Pour aller avec le bloomer «désuet», une petite Galway en 6 mois en jersey de coton blanc et son col passepoilé du supplément en passepoil maison «désuet».

DSC_2725_thumb[13]

DSC_2719_thumb[10]DSC_2745_thumb[24]

Petit nœud en dentelle Dollarama (rayon Scrapbooking), plié selon la technique japonaise apprise chez la Poule:

45326506DSC_2748

Voilà pour toi, jolie Juliette! J’espère que ta maman ne m’aura pas trouvée trop vieux jeu avec ces deux petites tenues. Bienvenue parmi nous, joli bébé!

Posté par NanouQc à 14:20 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 mai 2011

et je contemple les bourgeons sortir

C’est simplement dingue, le printemps a l’air d’arriver chez nous, tandis que je reçois des nouvelles de France où les températures sont indécemment élevées. Je vois les blogues des autres, et tout n’est que tissu léger et fin, dentelle, crêpe, aérien…

Alors je fais ma timide et je ne dégaine pas tout de suite mes coupons estivaux, on ne sait jamais…

Tiens, je vais vous raconter une histoire de tissus, il s’agit de jeans si on veut être précis. Dans mon dernier billet, je vous parlais d’un magnifique jersey blanc très épais, récupéré par l’arrière-grand-mère de mes filles, à la fermeture d’une usine de confection. Cette même arrière-grand-mère a travaillé des années comme couturière dans un atelier de confection de jeans. À la fermeture de l’atelier – les jeans coûtent moins chers à produire quand ils sont cousus en Asie, on ne s’en étonnera pas – un encan a été organisé pour vendre l’équipement (machines à coudre et surjeteuses industrielles, fils, boutons, fermeture-éclair, tissus…). Et c’est là que l’arrière-grand-mère bien aimée a acheté pour une misère…. des jambes de jeans déjà découpées!!!! Et ce ne sont que les jambes droites (à moins que ce ne soit des jambes gauches arrière)! Véridique, je vous mets une photo!

DSC_2390

Autant dire qu’avec ce stock de jambes droites, on ne peut pas tailler certains morceaux en un seul, à part si on s’amuse à faire du patchwork avec tout ça... D’ailleurs, il me semble avoir un Marie-Claire Idées qui traitait le sujet de la seconde vie des jeans

Alors dans une jambe, j’ai taillé un chapeau pour protéger ce petite visage des premiers rayons du soleil, taille 12 mois, d’après un patron Simplicity (2905), modèle F.

 DSC_2389

Il est doublé en voile de coton  corail (de chez Fabricville) et le petit nœud déco est en Liberty wiltshire. Surpiqûres contrastives. Rien à dire sur ce patron, il est parfait. Ma puce ayant un petit tour de tête pour son âge, j’ajouterai un lien pour ne pas passer l’été à le lui remettre!

DSC_2382

DSC_2375

(le verre à vin, comme support à chapeau, on n’a rien vu de mieux)

DSC_2379

DSC_2384

DSC_2418DSC_2419

Dans ce coupon corail, j’ai réalisé ma première Galway, C’est dimanche, avec le supplément (il n’est jamais trop tard pour bien faire, j’ai finalement craqué pour acheter le patron, après avoir cousu au moins 25 Oslo, je voulais changer un peu mes classiques). Patron parfait, on n’en attend pas moins quand on coud du s. Alma! Je n’ai pas mis de passepoil au col.

DSC_2401

Vous excuserez les gouttes de bave sur la Galway… mademoiselle a sorti sa première dent samedi.

DSC_2407DSC_2405

DSC_2398

DSC_2450

Et pour compléter la tenue, une mini jupette droite en jeans («patron» maison, comprendre deux rectangles et un élastique), dans deux hauts de cuisse.

DSC_2446

DSC_2422DSC_2423

Je conclus ce billet avec une petite question pour vous: imaginez-vous que de façon tout à fait indépendante de ma volonté, mon doigt a insidieusement glissé sur ma souris et cliqué sur RÉSERVER… un billet d’avion pour Paris, au mois de juin!!!!! Donc ma question est: avez-vous des adresses de couturières à me recommander (outre la Droguerie et Lil Weasel, que je connais déjà)? Quitte à être à Paris, autant faire le plein de trucs que je ne trouve pas à Montréal!

Posté par NanouQc à 21:58 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 avril 2011

Prise deux

Totalement enchantée de ma première réalisation de Saint-Malo la semaine dernière, une idée a germé depuis dans ma tête. D’abord, j’ai remarqué que ma fille passait sans problème tête et bras sans le système de fermeture. Ensuite, j’ai «hérité» d’un métrage assez improbable de jersey de coton blanc de très grande qualité (à la fermeture d’une shop de textiles, où l’on cousait des beaux vêtements, made in Québec, mais je ne vous referai pas l’histoire des coûts de fabrication, elle est connue et se répète depuis bien longtemps….).

Vous me voyez venir, j’ai voulu tenter Saint-Malo en t-shirt. C’est donc une version ultra-rapide de Saint-Malo que vous voyez ici (moins de 3h). Plus de système de fermeture, une seule parementure devant. Moi qui appréhendais le jersey sans surjeteuse, ça s’est finalement très bien passé, le zig-zag est même franchement joli. Probablement que la qualité du jersey y est pour quelque chose.

DSC_2215_thumb[2]

Le passepoil est fait maison, avec un soupçon de Liberty Wiltshire rouge. Les manches sont raccourcies en 3/4.

DSC_2208_thumb[8]

DSC_2206_thumb[13]

J’avais quelques appréhensions concernant le tombé de la tunique, mais en bout de ligne, ça donne un esprit sport très sympa, très Petit Bateau (et au Québec, Petit Bateau, c’est d’un chic, c’est de l’importation française!).

J’avais dit dans ma précédente version que je trouvais le 4 ans trop grand pour ma grande de 3 ans, mais en jersey, la taille est vraiment parfaite. Comme quoi, le choix du tissu… Je songe déjà à de nouvelles interprétations de Saint-Malo…bref, un patron qui s’annonce riche en jeux de textures et de formes!

DSC_2225_thumb[8]

DSC_2229_thumb[2]

DSC_2234_thumb[10]

DSC_2260_thumb[2]

DSC_2246_thumb[2]

Joyeuses fêtes pascales, que je vous souhaite entourées des personnes qui vous sont chères!

Posté par NanouQc à 09:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,