19 août 2014

évoluer avec elle

Il faut bien se rendre à l’évidence: mon ainée file sur l’âge de raison. C’est pour elle qu’en 2008 je me suis lancée dans la couture. Au départ, c’était gigoteuse, barboteuse, robe chasuble et bloomer. C’était les couleurs et les motifs à mon gout plutôt qu’au sien. C’était des fronces et du bouffant. Elle n’avait pas vraiment son mot à dire. Mais aujourd’hui, la pression de son environnement (comprendre les copines de l’école) lui donne plus d’assurance quant à ce qu’elle accepte de porter. Plus question que je lui couse des choses sans avoir longuement discuté au préalable de ce qu’elle voudrait avoir. On parle de formes, de textures, de couleurs, de motifs, de son liberty préféré du monde. Et je fais des compromis sur le projet que j’avais initialement en tête. Toutefois, ma grande est vraiment dotée d’un bon gout – tout le contraire de sa cadette, qui ne porterait que des robes roses avec des brillants, une couronne sur la tête et des chaussures à talons.

Voilà donc une petite tenue «à quatre mains», pour la rentrée des classes la semaine prochaine (déjà!)

Sailboat skirt tshirt Phekda_1

Tenue composée d’une jupe droite en popeline grise stretch (Fabricville), passepoil gris et liberty Betsy fluo-thé et d’un t-shirt légèrement loose en jersey crème de très grande qualité (cadeau de grand-maman).

La jupe, je ne sais pas si vous souhaitez que je la présente, ce doit être la 10e version que je couds tant j’aime ce modèle. Il s’agit de la Sailboat skirt de Oliver + S, patron chouchou s’il en est. Ici en 6 ans. Dire que le patron s’arrête au 8 ans… je ne suis pas sûre de m’en remettre et ma grande non plus.

Sailboat skirt tshirt Phekda_3

Le petit pli bien pensé en arrière, qui permet à la plus aventurière de jouer sans avoir les jambes coincées.

Sailboat skirt tshirt Phekda_2

Sailboat skirt tshirt Phekda_5

Quant au t-shirt, il s’agit de Phekda de Grains de couture, avec plusieurs modifications en partie tirées de ce tuto d’Ivanne.

Sailboat skirt tshirt Phekda_8

Les différences par rapport à son tuto sont:

  1. la conservation de l’asymétrie devant/dos du modèle Phekda, mais dans une moindre proportion;
  2. un ourlet-parementure comme dans le patron du Sailboat top  de Oliver + S (qui fait un ourlet très large, comme j’aime);
  3. une encolure complètement refermée au cou, sur la base du School bus t-shirt  de Oliver + S.

Dessin de la biche réalisé par ma fille elle-même, grâce à un pochoir Avenue Mandarine  et de la peinture textile  Pébéo. Une jolie alternative au flex, pour celles qui n’ont pas la machine.

Sailboat skirt tshirt Phekda_6

Sailboat skirt tshirt Phekda_7

Allez, on retourne profiter de notre «plage» de roches, baignée de soleil, avant qu’elle ne redevienne…

Sailboat skirt tshirt Phekda_9

…comme ça!

 (oui, oui, mes lectrices du Québec, vous avez le droit de me taper pour avoir osé publier un tel cliché en plein mois d’aout!)

Fleuve St-Laurent_H2014

 

 

Posté par NanouQc à 14:53 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


04 mai 2013

Héliothérapie

Un modèle qui me tentait depuis longtemps, parce qu’il laisse un accès des plus attirants à la petite peau toute douce de ma plus jeune. Une Alcyone, deGrains de couture pour enfants en taille 2 ans.

DSC_9061

Plastron en liberty meadow rouge (Marché St-Pierre, il y a 1000 ans), et gabardine de coton entre le kaki et le taupe, coton rouge tissé duFabricville, boutons de chez Rix Rax. Petite modification dans les dimensions: l’empiècement devant est agrandi de 1,5 cm vers le haut. Je trouvais que les bretelles bâillaient sur les photos du bouquin et je me suis dit qu’en remontant le plastron en hauteur, ça laisserait moins de jeu aux bretelles.

DSC_9014

Bretelles bicolores, gros plis plats cousus sur quelques centimètres.

DSC_9019

Toutes les autres photos sont sur mannequin directement.

DSC_9070

C’est bien plus joli qu’à plat, tout le volume apparaît quand Alcyone est portée.

DSC_9040

Crème solaire obligatoire.

DSC_9057

DSC_9023

DSC_9047

DSC_9067

DSC_9028

Voilà, encore un coup de cœur.  Un superbe modèle, aussi. Et sa propriétaire l’adore. Que demander de plus?

Posté par NanouQc à 14:41 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 octobre 2012

de discrets retours dans le passé

Un et un seul fil conducteur pour cette mini-minus-collection pour petite fille en 5-6 ans: utiliser de vieux, très vieux boutons, partout, partout. Les mettre en valeur. Leur donner la vie en 2012 que personne ne leur a offerte il y a des décennies. Ces boutons, ils arrivent de mon grand-père. Pas le choix, je viens d’une famille de textile; mes deux grands-pères y ont travaillé, dans le textile, à Lyon. Ils sont beaux,ces boutons, comme le beau n’existe plus. Ils sont dépareillés, leurs couleurs sont passées, leurs dessins sont effacés. Et c’est pour ça que je les aime.

DSC_7358

Pour commencer, une Phekda* de Grains de Couture. C’était le patron du livre qui m’attirait le plus dès le premier feuilletage. Seulement, je cherchais le tissu qui allait la mettre en valeur… vous savez ce que c’est… vous traînez dans les rayons de votre boutique de tissus,vous touchez, vous froissez, rien ne vous plaît… Sauf qu’en fait, sans le savoir, ce tissu, je l’avais depuis toujours dans mon placard. Je vous ai dit que je n’avais presque pas de stock de tissus, mais je me retrouve parfois avec des métrages excédentaires (je suis à la lettre la consigne sur l’enveloppe du patron, qui est parfois plus que généreuse). Bref, j’avais acheté ce drôle de tissu il y a 3 ans, un tissu «mémoire» – c’est le nom- dans lequel je m’étais taillé une veste L dans le livre 175 (référence des JCA). Honte à moi, je ne l’ai jamais postée sur la blogo. Je répare l’erreur immédiatement, parce qu’en fait, je la porte tout le temps, surtout quand j’enseigne, et mes étudiantes fashionistas, 10 ans plus jeunes que moi viennent souvent me demander où je l’ai achetée (vous faisiez ça, vous, demander à vos profs de fac d’où viennent leurs fringues???!!)

DSC_1590

Fin de la digression.

Donc ce tissu mémoire, je l’avais sur mon unique tablette de tissus, et il m’a fallu tout un déclic pour comprendre que c’était LUI, le tissu de Phekda. Il n’est jamais trop tard, le livre d’Ivanne est sorti en novembre 2011. Chez moi, la gestation des vêtements, c’est 11  mois. Minimum.

Alors pour les détails techniques, 4 minuscules personnalisations du modèle. 1/ j’ai fait un rabat de poche passepoilé arrondi; 2/ j’ai remplacé la patte par une martingale au dos, en lainage brun, pour casser l’aspect hyper moderne du tissu «mémoire»; 3/au lieu d’un ourlet rapporté en bas, j’ai fait un ourlet parementure, pour obtenir un ourlet large (je vous dois un tuto à ce sujet… quand j’aurai du temps…); 4/une sous-piqûre pour la parementure, parce que c’est bien évident qu’on ne peut pas vivre sans sous-piqûre une fois qu’on y a goûté (n’est-ce pas, Caro?)

DSC_7388

DSC_7402

DSC_7387

DSC_7503

DSC_7457

Pour accompagner Phekda, ma fille a honteusement copié sur moi.  Eh oui, j’avais un short, il lui en fallait un, forcément. Pour mémoire, elle n’a pas encore 5 ans. Alors quand on a besoin d’un patron de short pour enfants, on regarde chez Madame p&m, le patron Ella, bien entendu. Eh bien vous savez-quoi?Une adorable fée m’a offert ce patron, comme ça, comme une fleur, une pure surprise, je ne pensais même pas que c’était possible, autant de gentillesse. Juste à l’écrire, j’en suis encore émue. J’ai eu des semaines très pénibles au travail et recevoir ce cadeau (ainsi que d’autres merveilles) a tout bonnement eu l’effet de me ragaillardir, de retrouver l’énergie pour avancer, pour me dire que tout irait mieux une fois que le 12 octobre serait passé.

Alors ce patron Ella, j’en ai pensé quoi? Eh bien, il a tout pour satisfaire ma maniaquerie des détails. C’est dingue comme on peut passer du temps sur un si minuscule bout de vêtement, quand même! Donc le tissu, un lainage gris très souple vient du Fabricville. Et le tissu «coq de Granville» est un vieux Alexander Henry, de 2008 (pour celles qui ont la mémoire des tissus, s. Alma avait fait sa toute première Oslo en Granville, les tous premiers m0dèles C’est dimanche, ça m’avait marquée, je commençais ma dépendance longue durée à la couture, donc j’avais acheté un fat quarter de cette collec’, chez Effiloché… que je n’avais pas encore utilisé… quand je vous dis que la gestation, chez moi…ça peut être long).

DSC_7406

J’ai omis le passepoil du modèle, je voulais vraiment le fini aux plis nets, précis que mon fin lainage permettait. Et puis ma nouvelle machine à coudre est tellement bonne pour faire des surpiqûres impeccables, régulières, que j’ai voulu exploiter tout son talent.

DSC_7411

Plutôt qu’un système de fermeture avec un bouton/boutonnière, deux boutons pressions sont cachés dans le repli de la «braguette».

DSC_7429

Alors place aux photos portées (j’avoue d’ores et déjà que j’aurais aimé présenter aujourd’hui une blouse parfaite pour aller avec ces deux morceaux, je voyais une Colombine, une Oslo ou une Capella). Bon, mais j’ai manqué de temps. Et Halloween est proche. J’ai des costumes à coudre.

DSC_7522

DSC_7489

DSC_7437

DSC_7450

DSC_7462

DSC_7482

DSC_7490

DSC_7494

DSC_7530

Petite note pour celles qui se demanderaient… les bottines viennent de chez Camper (on a une superbe boutique de la marque – la première en Amérique du nord - sur la rue Ste-Catherine, pour mes lectrices québécoises). Et note supplémentaire aux gens de Camper, si vous passez sur mon blog: mais pourquoi donc ne faites-vous pas cette paire en 39??? Je veux les mêmes!!!

Et sinon, sachez que ces clichés sont les derniers de 2012 en extérieur, il fait vraiment trop froid maintenant. D’ailleurs, on a déjà vu nos premiers flocons… le 11 octobre…

15 avril 2012

Début des festivités!

Dans ce billet, vous trouverez, en vrac:

  • de la dentelle ;
  • Kurt Cobain jouant de la mandoline ;
  • une fille qui a retrouvé le goût de la couture.

J’ai officiellement rangé la couture hivernale, il est plus que temps que je me lance dans le plus léger. Ce n’est pas parce que les feuilles ne sont pas encore sorties des bourgeons qu’il faudrait que je me laisse surprendre bêtement avec des garde-robes à sec. Au Québec, le printemps arrive du jour au lendemain: tenons-nous prêtes!

DSC_5666

Pour étoffer la collection de mon aînée, un premier ensemble romantico-grunge – un peu, mais pas trop, on n’a que 4 ans. La jupe est une Philadelphie (en 4 ans), sous laquelle s’est glissé un jupon en broderie anglaise bordé d’une charmante dentelle. J’avoue avoir été inspirée sur ce coup-là par la douce Luce, que sœur Alma se plaît à habiller d’un jupon de tulle pour mettre en valeursesjoliestenues.

DSC_5657

DSC_5653

C’est la très fantastique Karine de Papillon et Mandarine que je dois remercier pour cette jupe: dans un généreux échange de ce qu’on trouve de chaque côté de l’Atlantique, elle m’a offert cette adorable dentelle (et beaucoup d’autres, je lui en avais passé commande, car je n’en trouve pas d’aussi jolie chez moi). Non contente de m’envoyer de telles merveilles, elle m’avait aussi glissé deux coupons deFrance Duval-Stalla.

DSC_5655

DSC_5658

Pattes de boutonnage en pointe plutôt qu’arrondies, pas de passepoil.

DSC_5654

Gros bouton en métal de chez Rix Rax, payé un bras chaque.

Le top est une Alioth,* du toujours aussi formidable Grains de couture, qui a subi une cure d’amaigrissement et un lifting des dessous de bras (je parle d’Alioth, là, pas du livre!). J’ai retiré un bon 6 cm de chaque côté pour une perte finale de 12 cm de largeur. J’ai remonté de 4,5 cm les côtés pour rétrécir l’emmanchure. Le dos nageur s’en est retrouvé redessiné, un peu plus creux que sur le modèle original. Note pour celles qui voudraient faire maigrir Alioth: ne faites ces modifications draconiennes que si vous utilisez du jersey, si vous voulez qu’il s’enfile facilement. Le biais est un biais étroit, acheté au Fabricville.

Et dans ce creux, se sont glissés deux petits bouts de dentelle. Merci Karine, again.

DSC_5692

DSC_5709

Je n’ai pas fait l’ourlet rapporté en bas, mais plutôt un ourlet-parementure (comme sur le t-shirt duSailboat top d’Oliver + S, si certaines connaissent). Si vous voulez en savoir plus sur cette technique, dites-le-moi, je ferai un petit tuto pour vous l’expliquer.

DSC_5678

Je ne suis pas hyper fière de mon boutonnage. Il faut dire que ma machine a avalé le tissu au moment de coudre la boutonnière. Et c’est de ma faute, j’avais oublié de mettre une aiguille à pointe bille.

DSC_5715

Quelques photos portées (on a fait 2 séances photos, une dedans, une dehors, c’est le gros gros luxe en avril…)

DSC_5697

DSC_5714

DSC_5719

DSC_5744

DSC_5735

DSC_5749

Sur ce coup-là,Tourisme Québec a intérêt à me verser une part, je fais la publicité gratuitement que c’est la canicule dans la Belle Province, et ce ne sont même pas des mensonges! À quand des Club Med à Montréal?

Posté par NanouQc à 22:37 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 janvier 2012

Mariage des genres

Absente de la blogo, ou présente en pointillés depuis décembre… disons que le manque de temps récurrent, l’absence de vacances à Noël, les Fêtes passées loin de la France et l’envie de profiter de mes filles quelques peu ont eu raison de moi.

À Montréal, l’hiver est solidement installé, même si on oscille entre tempête de neige et grosses averses verglaçantes. On profite de belles journées ensoleillées, par -5°/-10°C pour aller glisser en luge sur les buttes ou patiner au parc d’à côté. Et on accepte notre norditude avec le sourire. Pour ne pas trouver l’hiver trop long, rien de tel que de prendre l’air et de se rougir les joues. On revient à la maison, et le thé ou le chocolat chaud n’ont jamais été meilleurs.

DSC_5201

Et côté couture, alors? Je reprends tranquillement la fréquentation de mes machines, avec un «mélange des genres», un ménage à trois international, entre une Américaine, une Japonaise et une Française. L’Américaine, c’est encore et toujours les patrons Oliver + S. Cette robe est ma fierté (modèle Jump rope dress, vue B). D’abord pour ce tissu fantastique (Sherbet pips scooters par Aneela Hooey, pour Moda – formidable coton d’excellente qualité printed in Japan) acheté chez Effiloché. Je l’ai cousue en taille 5 ans, mais avec la longueur du 4 ans, pour la superposition.

DSC_5115 

Ensuite pour les mille et un détails que j’ai réussis à la (quasi) perfection. Je ne résiste pas au « pétage de bretelles » en vous montrant cette patte que j’ai si bien exécutée. Les patrons Oliver + S côtés «3 ciseaux» sont mon petit pêché mignon, car on y apprend toujours une technique. Juste pour ça, c’est une leçon de couture reçue et ça vaut le coup.

DSC_5107

(j’ai pris des photos avant la pose des boutonnières, par crainte qu’elles ne gâchent tout ce beau résultat)

DSC_5094

DSC_5315

DSC_5316

Les poches sont jolies à croquer.

DSC_5096

DSC_5114

Le petit revers de manche est simple, mais efficace (comme un revers de pantalon, mais aux manches).

DSC_5097

Et le col est vraiment parfait.

DSC_5100

DSC_5110

La contribution de la Japonaise à ce mariage est plus que légère. De simples leggings P du livre 72 chez les JCA (sous l’œil dubitatif de monsieur son père, qui ne comprend pas pourquoi je coudrais des leggings noirs alors que ça coûte 5 $ au magasin du coin – oui, mais j’en voulais un tout simple, sans bouton-pression, sans fermeture-éclair, sans sequins, juste un tout-nu). Jersey noir, du Fabricville.

DSC_5282

Finalement, la Française participe chaudement à ce mariage avec une lourde cape Syrma*, que j’ai vendue à sa petite destinataire comme étant son accessoire de printemps (comprendre mai). La petite demoiselle, qui vient tout juste de fêter ses quatre ans, a déclaré officiellement hier son ras-le-bol de l’hiver. Mais, ma pauvre chouette, on n’est pas sortis de l’auberge, si comme l’an dernier, on a des tempêtes en avril, – de lui répondre sa mère.

Passons. Je disais donc une cape Syrma* du livre Grains de couture, en lainage à manteau couleur « raisins écrasés » acheté au Fabricville. Petits boutons étoiles du Fabricville, itou. Parementure en batiste figue étoilée France Duval-Stalla et ourlet rapporté en biais maison et «martingale» en liberty tatum (tous deux achetés chez Lil weasel, lors de ma dernière traversée de l’Atlantique). Taille 6 ans.

Je n’ai pas fait les coutures pour les manches, mais je pense devoir les faire, car à l’usage, la cape tourne et une petite fille très active aura tôt fait de se retrouver avec le dos à la place du devant.

DSC_5309

DSC_5307

(l’image ci-dessus donne la couleur la plus fidèle du tissu, en fait)

DSC_5301

DSC_5312

Ma seule modification – méga-gigantesque, vous en conviendrez ;) – est que j’ai fait une patte de type « martingale » au dos, plutôt que de la coincer dans la couture du col. C’est pour la seule raison pratique que l’assemblage « col + cape + parementure + patte » me semblait un peu trop club sandwich et aurait été disgracieuse!

DSC_5284

DSC_5289

Le tout porté par une petite Française-Canadienne-Québécoise-Montréalaise, comme elle se définit elle-même. Et une avalanche de photos  sur le thème Singing in the rain (avalanche, parce que je crois n’avoir jamais autant été satisfaite du tombé de vêtements-maison).

DSC_5377

DSC_5320

DSC_5379

DSC_5334

DSC_5363

DSC_5369

DSC_5347

DSC_5341

DSC_5370

Sur ce long billet – je crois que j’étais en mal de blog pour avoir été aussi bavarde - je vous laisse. J’ai un magnifique plagiat sous le coude, pour moi. Plagiat de la marque américaine J.Crew que j’ai découverte il y a environ 6 mois et qui me titille les yeux avec ses superbes collections, mais ses prix impossibles.

21 décembre 2011

… et pour conclure

… pour conclure 2011, parce que franchement, je ne pense pas toucher énormément à ma machine (pardon, à mes machines, j’oublie tout le temps ma surjet’) entre Noël et le jour de l’an! Donc, je disais pour conclure une robe Alula*  du fantastique livre Grains de couture pour ma belle grande, à porter pour les festivités de la fin de l’année.

Je vous raconte l’histoire de ce livre et moi (mais si ça ne vous intéresse pas, passez direct au paragraphe suivant et aux photos!) Je ne parlerai pas du contretemps incroyable que j’ai eu à subir entre ma commande et la réception du dit livre (Amazon, douaniers, DHL…) Bref, il a bien fini par arriver un jour. Et là, je l’ouvre et je le lis de la couverture à la couverture; pas une ligne, pas un mot ne m’échappe, comme lorsque je lis n’importe quel billet tant attendu de Grains de maïs. Sauf que cette fois-ci… j’ai tout ce qu’il me faut pour concevoir du Grains de maïs moi-même. Paralysie, trac, je ne sais pas comment appeler ça… peut-être appréhension de m’approprier un style que j’ai vu plusieurs fois copié, mais jamais égalé. Est-ce que je suis la seule à qui ça a fait ça??? Cette impression que oui, ces pattes décoratives sont belles, mais ce n’est pas à moi… que oui, l’ourlet rapporté, c’est génial, mais ce n’est pas ma technique… Bon, ça m’a passé finalement, ça m’a quand même pris une douzaine de jours. Mais j’ai réussi à recopier le patron d’Alula* et la voilà!

DSC_4854

(mes photos portées sont pourries, mais dans le Grand Nord  (oui, oui, Montréal, c’est le Grand Nord), la lumière naturelle en hiver, quand il ne neige pas… c’est entre midi et 15 h, pile les heures de sieste).

La robe est en fin lainage à carreaux (Fabricville). J’ai aussi utilisé un biais noir pour les ourlets rapportés et des boutons en métal, que j’adore  (Fabricville, encore).

DSC_4795

DSC_4791

DSC_4798

J’ai taillé mon col dans le biais, pour un petit effet graphique intéressant (et aussi parce que c’est ainsi que le col replié se taille dans la School photo dress d’Oliver + S, faite ici et ici).

DSC_4787

Les pattes sont en  popeline grise (pour celle du dessous) et en coton imprimé de la designer Annita Hoey, Sherbet pips, pour Moda (trouvé chez Effiloché). Ce tissu-là, vous allez le revoir, je l'aime d’amour. Les brides sont en lien ciré (Effiloché aussi).

DSC_4788

En taille 6 ans pour une enfant de pas tout à fait 4 ans, ça taille petit aux emmanchures (à cause de nos épaules de bucheronnes héréditaires, je suppose).  J’aime plus ou moins le fait d’avoir à faire un ourlet rapporté aux emmanchures, justement (je trouve que ça plisse, c’est trop arrondi). Donc dans une version printanière ou estivale, je pense élaborer une parmenture qui permettrait l’absence de couture à cet endroit.

DSC_4880

DSC_4840

DSC_4834

DSC_4844

DSC_4833

Ce modèle tombe super bien, il a un grand succès auprès de sa destinataire qui trouvait que ses robes ne tournent pas assez. Avec celle-là, elle est servie! J’ai vraiment beaucoup aimé coudre du Grains de maïs. Les explications sont claires et accompagnées de nombreux schémas, c’est probablement avec ce livre que j’aurais voulu commencer… surtout pour le cahier explicatif (et encore plus parce qu’il contient des modèles jamais vus ailleurs).

Et je ne peux pas vous laisser sans vous montrer le bonnet de Noël merveilleusement rasta que la fantastique dame qui garde mes puces a tricoté. Avouez que ça change des bonnets de Noël en feutrine avec étoiles clignotantes…

DSC_4981

DSC_4984

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’années, entourées de tout ceux qui vous sont chers. Et on se retrouve en 2012!

Posté par NanouQc à 21:22 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,