La mode grunge est pas mal de retour en 2017: Doc Martens, jeans troué et chemises à carreaux ont gagné les cours d’école. Tout ça parce que nous, cœur de cible, avons maintenant des enfants ados ou préados, et qu’il faut bien nous vendre la nostalgie de nos belles années boutonneuses, années durant lesquelles nos seuls soucis étaient de savoir si B. avait embrassé M. et si A. avait cassé avec J.

Je vous présente aujourd’hui la jolie chemise Lilaëlle, patron faichement sorti de l’atelier de Viguialca, qui m’a permis d’assouvir mon fantasme de chemise à carreaux.DSC_7305

Ce modèle a un look très actuel. Il se porte non rentré dans le pantalon et peut laisser entrevoir un ourlet rapporté (ici, j’ai choisi un petit biais fleuri bleu pour contraster avec les carreaux plus masculins).

DSC_7315

Le pli creux dans le dos apporte aisance et raffinement. Vous pouvez voir que j’ai coupé l’empiècement dos dans le biais pour contourner l’impossibilité du raccord des carreaux.

DSC_7319

Deux cols sont proposés (pointu ou arrondi). Pour rester dans mon thème de départ, j’ai cousu le col pointu. Monter un col de chemise est une chose que j’ai faite à maintes reprises depuis que je couds. La technique proposée dans le patron Lilaëlle est celle qui, à ce jour, m’a apporté le plus de satisfaction tant du point de vue de la facilité d’exécution que de la propreté de la finition.

DSC_7323

Lilaëlle, c’est vraiment la petite chemise qui a tout d’une grande: les poches, les fentes au poignet, le poignet, le pied de col. Rien a envier aux chemises du commerce.

DSC_7325

DSC_7339 

En bref, un patron que je recommande vivement, particulièrement à celles qui n’ont pas encore de chemise à leur actif.  C’est une très belle introduction à ce style vestimentaire. Et c’est un vêtement qui procure une grande satisfaction, car il représente en soi un défi que l’on n’ose pas toujours aborder.

DSC_7341

Merci, Marie-Laure pour ta belle confiance. C’est un plaisir renouvelé de tester tes créations si soignées.

                                                          ˜                           

Tranche de vie, je m’ouvre, je m’ouvre: Je n’ai pas fait de billet pour l’annoncer, mais j’ai dû abandonner le défi #jecoudsmagarderobecapsule pour des raisons bien indépendantes de ma volonté. Je me suis fait une entorse (à la cheville) assez grave en mars qui m’a transformée en larve de canapé. Ça m’a fait prendre du poids, je n’avais plus envie de me coudre quoi que ce soit. Je n’ai repris la couture qu’en juin et je me suis lancée dans la couture pour les enfants cet été (shorts, t-shirts et blouses), et je n’ai rien posté, car tout a filé directement dans la valise alors qu’on partait un mois en France. Là, je manque de temps pour coudre, car je suis en surtâche au travail, mais, au moins, j’ai perdu mon poids de larve de canapé et je me sens prête à me recoudre des affaires.