17 septembre 2016

Choisir ses bases

Coudre. Et faire le choix de confectionner des vêtements de base. C’est, à vrai dire, ce que je préfère. Partir d’un socle et aboutir à un vêtement original à chaque fois. Cette idée est d’autant plus séduisante qu’on croule désormais sous l’offre de patrons. Cette offre, très (trop?) riche, me rebute, je la vois comme un piège. Acheter un patron trop unique, trop spécifique, non déclinable à moins d’avoir de solides notions de modélisme. Je me sens encarcanée, et je n’aime pas ça. Pourquoi me suis-je mise à coudre? Pour reproduire des patrons ou pour laisser libre cours à ma créativité?

DSC_6709

(il est possible que cette photo soit la plus belle et la plus forte que je publierai jamais sur ce blog)

Donc aujourd’hui, ce sera un simple t-shirt. Mais alors je l’appellerai LE t-shirt. Ah oui, aussi: on aime beaucoup le bleu, ici, si vous trouvez ce billet «bleu».

DSC_6700

J’ai acheté il y a 3 ans le modèle de t-shirt «Family pack»de Oliver + S. Dans le pack, j’avais tous les modèles (bébé, garçon, fille, femme, homme, du 6 mois au …) pour LE t-shirt de base. On a tous besoin d’un modèle de base pour coudre un t-shirt (du genre qu’on trouverait dans n’importe quel magasin qui fait produire ses vêtements en Asie). Je suis certaine qu’il existe des équivalents ailleurs, mais je suis tellement confiante quand j’achète du Oliver + S que c’est ce patron que je me suis procuré.

DSC_6745

Mon homme a eu droit à son t-shirt de fête des pères à partir de ce patron (je ne l’avais pas blogué, mais simplement montré sur IG). C’est un incontournable de sa garde-robe, jour après jour.

DSC_4806

J’ai recousu une version très actuelle (et un peu sport) de ce patron pour ma grande de 8 ans et demi et je trouvais que ça valait vraiment la peine que je vous montre cette version (même si c’est un patron que j’ai cousu et recousu durant les 3 dernières années, sans juger bon d’en faire un billet de blog.)

D’abord, j’ai entièrement cousu ce t-shirt à la machine à coudre, bien que je possède une surjeteuse. J’avais envie de me (re)mettre dans la peau de celle qui coud avec l’appareillage minimal. Et je n’ai rencontré aucune difficulté! Il a simplement fallu que je sois équipée en aiguille jersey et en aiguille double. Il a aussi fallu, bien entendu, que j’aie recours aux bons points et aux bons réglages de tension, mais mon manuel de machine à coudre m’a bien guidée à chaque fois.

DSC_6707

Ensuite, le corps du t-shirt est en coton + viscose du Fabricville. Il n’y a pas à dire, mais le petit plus de viscose fait toute la différence dans le tomber du t-shirt. Je n’aurais pas utilisé cela pour un t-shirt pour homme, mais ça convient tout particulièrement à un t-shirt «jeune fille», qui se doit d’avoir un joli mouvement sans être trop près du corps. Les manches sont dans un jersey bleu marine 100% coton.

DSC_6710

DSC_6722

La petite poche, en liberty City poplin «Leo Scarlet», est un hommage direct à cette marque de t-shirts montréalaise  Poches et fils qui ajoute une poche distinctive à des t-shirts de  base.

DSC_6714

DSC_6728

Enfin, les bas de manches sont en bord-côte, provenant de chez Effiloché. L’idée vient ici directement d’une vieille collection (au moins 15 ans) de Comptoir des cotonniers. Je possède un très beau pull en jersey assez fin avec de gros poignets en bord-côte, l'idée du contraste de texture et d'épaisseur me plait encore et encore.

DSC_6712

DSC_6727

C’est juste un t-shirt, mais c’est LE t-shirt.

DSC_6739

Et vous, quel est votre patron de LE t-shirt?

Enregistrer

Posté par NanouQc à 21:34 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09 septembre 2016

Camélice et fleurs des champs

J’ai la grande joie de vous présenter aujourd’hui une blouse/tunique Camélice, cousue parce que choisie comme testeuse par Marie-Laure (Viguialca). Elle et moi faisons partie (avec tant d’autres) de la vieille garde de la blogosphère couture. Nous avons appris à coudre avec les moyens dont nous disposions à l’époque  et cela a imprégné en nous un éternel souci de se mettre dans la peau de la couturière qui débute. Marie-Laure a donc conçu un patron tout en finesse en songeant et en pesant toutes les étapes: les mettre dans un certain ordre, qu’elles suivent une progression logique et rassurante, les décrire avec des schémas d’une grande clarté. Une attention au détail précieuse, une envie de rester concise, mais complète et un processus étalé dans le temps, sans précipitation.

Petite anecdote autour du modèle. Quand on est testeuse, on communique généralement avec la créatrice par courriel. Mais, ayant un boulot qui me fait déjà passer pas mal d'heures à écrire des messages, j'ai proposé à Marie-Laure qu'on se parle sur Skype. Et... quel bonheur! D'abord intimidées un peu, on a tout de suite trouvé des sujets de conversation. Fréquentant principalement la blogo française, je me sens un peu isolée des autres couturières, et cette rencontre par vidéo m'a vraiment fait plaisir.

Je vous montre aujourd’hui la version que j’ai cousue pour ma grande fille de 8 ans et demi. Je vous avertis que je l’ai cousue en 10 ans, ce qui fait qu’elle taille légèrement trop grand (mais à peine). C’est un choix que j’ai fait en partie à cause du fait que ma fille avait tout ce qu’il lui fallait dans sa penderie pour l’été: je voulais donc être certaine qu’elle la porterai longtemps. C’est elle qui a choisi ses tissus et ses boutons = garantie que ça lui plaise!DSC_6300

L'association du gris et du jaune m'a toujours beaucoup plu. Je trouve que ces grosses fleurs ont à la fois un côté ultar rétro, combiné au plus actuel combo gris-jaune.

DSC_6289

Le patron contient plusieurs options de finitions et de manches/mancherons. Ici, j'ai choisi les pétales pour rappeler aux épaules les découpes du devant. J'aime beaucoup les patrons qui ont des découpes, ça permet de jouer sur les contrastes de couleurs ou de motifs, voire de textures. Pour savoir si la combinaison de tissus que vous envisagez de coudre sera heureuse, je vous suggère de faire une capture d'écran du modèle choisi directement sur le dessin technique de votre patron Camélice. Puis, imprimez-le et amusez-vous à imaginer des possibilités. Pour ma part, j'ai laissé ma grande s'amuser une bonne demi-heure à être styliste.

Camélice blouse

Les mancherons pétales sont une option que j'ai beaucoup aimée coudre: c'est vraiment le petit plus d'originalité du patron.

DSC_6303

DSC_6305

J'ai fait plusieurs surpiqures aux épaules et aux empiècements devants pour un côté plus net et plus pro. J'ai aussi entièrement doublé le corsage.

Tous les tissus proviennent du Fabricville (même le jaune, acheté il y a 8 ans, justement!)

L'ourlet de la «jupette» est roulotté à la surjeteuse.

DSC_6290

J'aime énormément l'amplitude très maitrisée du modèle. C'est important que les enfants aient de l'aisance quand on pense aux milliers de mouvements et de cascades qu'ils ont à faire. Mais je trouve que certains patrons ont justement trop d'aisance et que l'effet mongolfière, très joli en photo, n'est pas nécessairement facile à vivre.

DSC_6298

L'encolure dégage la nuque juste comme il faut. On n'aura pas peur que nos petites prennent froid cet hiver, dans une version en lainage ou en velours.

DSC_6313

Les photos toutes bien repassées ci-dessus datent du 30 juin. Depuis, Camélice a été portée et reportée. Elle sèche sur ma corde à linge au moment où j'écris ces lignes.

Je vous laisse avec une petite série de photos prises cet été, au bord d'un de nos jolis lacs du Québec (en Outaouais, pour être précise). Camélice est froissée, portée en fin de journée, dans la lumière bleutée du lac.

DSC_6682

DSC_6658

DSC_6664

DSC_6670

Encore merci de ta confiance, Marie-Laure, et longue vie à Camélice!

LeEnregistrer

Enregistrer

Posté par NanouQc à 10:41 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 mars 2016

anachronisme saisonnier, ou comment faire sortir l’hiver par la grande porte

Je l’ai souvent dit sur le blog, à mots cachés ou non, une de mes plus grandes souffrances d’immigrante française au Canada est la durée de ses hivers. Ce n’est pas tant la rigueur, la neige, les froids mordants qui me dérangent, mais la durée. Arrive le mois de mars et ses dernières chutes de neige, ses derniers déglaçages de voiture, le traineau pour conduire le petit dernier à la garderie, les bottes, le manteau, les moufles, le bonnet qu’on ne peut plus voir en peinture: trop c’est trop.

Un exemple? La jolie image ci-dessous a été prise dans mon jardin le 4 avril de l’année dernière.  C’est joli, mais pas en avril.

DSC_4288

Depuis que je fréquente les réseaux sociaux, c’est pire. Quand je vois sur Instagram un mimosa en janvier, une jonquille en février, je pleure.

Alors pour inviter l’hiver à ficher son camp de chez moi le plus vite possible, j’ai commencé à coudre de l’estival, et surtout, à rattraper le temps perdu sur l’an dernier. Je n’ai pas pu coudre de petite collection d’été il y a un an, car mon atelier a été en travaux majeurs de juin à novembre, sans compter 5 semaines de vacances en France, pour le plus grand plaisir de la famille.

Je commence donc aujourd’hui avec une robe liquette que j’adore: la Jump rope dress de Oliver + S. Modèle déjà cousu deux fois: ici et (pour le défi Forrest Gump, pour celles qui se souviennent). Toutes les fournitures (tissu + boutons) viennent de Fabricville. Le tissu est une popeline de coton (collection P/É 2015).

Sur cintre, elle n’est pas forcément très impressionnante, limite chemise de nuit.

DSC_5739

Mais portée… elle est ajustée juste ce qu’il faut et elle laisse apparaitre moult détails qui la rendent irrésistible. Je vous les détaille.

DSC_5754

C’est un modèle que j’adore - et je pèse mes mots - parce que la patte de boutonnage représente un chouette défi technique. Mais le patron est si bien fait que le montage est complètement démystifié et qu’on a tôt fait de se trouver la superwoman de la patte – sans grand mérite, finalement  - mais l’égo est flatté. Un peu de patience, de concentration et une aptitude à recopier fidèlement les repères suffisent à réussir ce passage délicat.

DSC_5772

DSC_5735

DSC_5749

DSC_5747

Les petites manches à revers, croquignolettes, sont maintenues par une mini-patte et un bouton. C’est ravissant et raffiné.

DSC_5738

DSC_5746

DSC_5788

Le col peut être surpiqué ou non. J’ai choisi de ne pas le faire cette fois-ci alors que je l’avais fait dans mes deux précédentes versions. Je voulais retrouver le côté raffiné du cousu main, où les coutures ne sont pas apparentes si possible.

DSC_5742

Le modèle est un  peu juste aux épaules: j’avais taillé mon tissu il y a 9 mois en fonction des mensurations de l’époque (taille 7 ans pour une aujourd’hui 8 ans). Près d’une année s’est écoulée. Avec les enfants, ça ne pardonne pas trop. Ma fille ne la portera que quelques mois: heureusement qu’il y a une petite sœur après elle pour la porter.

DSC_5790

Sur le côté, je ne suis pas raccord avec les pois. J’aurais pu, j’y ai pensé, mais je n’aurais pas eu assez de tissu pour coudre une autre robe promise dans ce même tissu, à ma seconde fille.

DSC_5763

Les petites poches sont incontournables si on veut éviter l’effet chemise de nuit. Elles ne sont pas si faciles à coudre et je ne suis pas complètement satisfaite de leur arrondi. Mais on n’est pas à Cousu main non plus, je chipote.

DSC_5778

DSC_5752

À bientôt!

DSC_5758

 

 

 

Posté par NanouQc à 21:54 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 janvier 2016

la cour d’école

Ma fille ainée a eu 8 ans il y a peu. Une évolution vestimentaire s’est amorcée à son entrée à l’école il y a 2 ans et demi et force est de constater que je dois suivre cette évolution si je ne veux pas que mes coutures se voient opposer une fin de non recevoir. Aussi, quand elle m’a annoncé que les filles les mieux habillées de son école étaient F., R. et S., un petit «gloups» a traversé ma gorge. Je me berçais de l’illusion que ma fille se trouvait bien habillée parce que je mettais beaucoup de soin à la confection de ses vêtements. Grosse remise en question de mon style, donc, peut-être trop sobre, trop épuré.

Je vois bien comment sont habillées les fillettes susmentionnées. Je connais les «codes» de désign des marques qu’elles portent. C’est coloré, plein de détails, avec des mélanges de matières, des appliqués. C’est plutôt moderne dans les coupes, sans froufrou, sans volants, sans trop de rose. Ça ne joue pas non plus dans le «sexy»  prématuré. On peut aussi sentir dans ce style la tendance très nord-américaine du pratique à vivre et à entretenir. Il n’est souvent pas question de demander aux parents débordés de jouer du fer à repasser, mais il faut que ça ait plus d’allure qu’un t-shirt. Les mailles sont les matières de prédilection. Dans un sens, après avoir étudié le style en question, je me suis trouvée chanceuse que ma fille juge cette façon de s’habiller la meilleure. J’aurais pu avoir à vivre avec une Reine des neiges, froufroutée et permanentée, mais non.

Voici donc une petite robe respectant en tous points les codes énumérés ci-dessus, et qui reste conforme à mon style aussi.

DSC_5591

Pour le modèle de base, il s’agit du t-shirt Sailboat top de Oliver + S en taille 8 ans. C’est la dernière taille du patron. J’en pleure déjà, je l’aime d’amour, ce patron. J’avais déjà vu sur Pinterest un détournement de ce patron de t-shirt en robe. L’idée m’avait plu, et, comme souvent, plusieurs années se sont écoulées avant que je ne la mette en pratique.

DSC_5641

DSC_5610

J’ai gardé la base du modèle, c’est-à-dire la carrure générale avec son joli boutonnage (faux) aux épaules. Boutons de la jolie boutique Rix Rax. Je ne me suis pas privée des surpiqures facultatives, elles finissent le vêtement de façon très pro.

DSC_5592

J’ai fini les manches avec un point «sablier» plutôt que d’utiliser l’aiguille double. C’est assez joli, même si je pense préférer la piqure double.

DSC_5596

Parlant des manches, je les ai repatronnées en-dessous de l’emmanchure, car ce sont des manches très droites, qui finissent un peu trop larges au poignet. Pour un résultat plus proche de la perfection, il aurait fallu que je repatronne les emmanchures aussi, mais j’ai décidé de faire cette modification à postériori, donc tout était déjà assemblé, il était un peu tard.

DSC_5631

Après avoir allongé le t-shirt, j’ai ajouté un empiècement en jersey matellassé encreFrance Duval-Stalla. Pour couper l’effet «chemise de nuit» que ce genre de robe peut rapidement avoir, j’ai inséré deux rabats de poches pour poches fictives. J’ai gansé ces deux rabats de passepoil lurex, acheté chez France aussi, lors de ma visite l’été dernier. J’avais l’air un peu folle, il faisait 41°C en pleine canicule parisienne et j’achetais lainages et matelassés. J’ai décliné mon identité, expliquant que, vivant dans un pays où l’hiver dure 6 mois, on s’équipait comme on pouvait de tissus doudous.

DSC_5599

DSC_5601

Le bas arrondi de la robe a été reporté à partir du bas arrondi prévu dans le patron original.

DSC_5644

DSC_5623

Parlons raccords. Quand j’ai acheté ce jersey flammé à rayures au Fabricville l’été dernier, la vendeuse a un peu ri et m’a demandé si j’étais quelqu’un qui aime les défis. Avec de si fines rayures, le risque de décalage était grand. La vendeuse avait bien raison. En réalité, pour des raccords presque impeccables, j’ai dû 1) compter le nombre de rayures sur chaque panneau au moment de la découpe puis de l’assemblage et 2) placer des épingles toutes les 3 rayures pour que ça ne se décale pas. C’est là où on voit la différence entre la confection maison où une simple couture de côté peut prendre 30 minutes et la confection fast fashion. Ça me motive encore plus pour coudre mes t-shirts, du coup.

DSC_5634

Sans trucage, les raccords côté gauche et côté droit.

DSC_5626DSC_5625

Et donc LA touche pour respecter le style commandé, c’était la déco en plus: étoiles en flex sur le devant.

DSC_5594

Petit faon en strass dans le dos (cadeau de Gaëlle, merci très chère).

DSC_5607

 

DSC_5650

Il parait que les copines étaient épatées et avaient toutes des questions à poser sur tels et tels détails.

DSC_5613

Je vous laisse avec THE pose de «maintenant, c’est moi qui dirige la séance photo». À bientôt!

Posté par NanouQc à 22:09 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2015

Elle est la plus belle saison de ma vie*

* Daniel Bélanger – Les deux printemps

Je ne savais pas trop quoi écrire en vous présentant ce nouvel ensemble. Et puis finalement,  je me suis dit que j’allais parler de vieillir. Je vais simplement vous parler de vieillir en couture, pas vieillir en général. Mon expérience de couturière a le même âge que ma fille ainée. 7 ans. 7 ans de courbe de progression dans les techniques. 7 ans de meilleurs choix de tissus, de matières plus adaptées, plus chères aussi parfois parce que je me sens plus confiante. 7 ans d’achats de patrons, plus ou moins modérés, avec un net ralentissement dans les deux dernières années.  7 ans et un regard critique plus aiguisé sur ma pratique de ce loisir. Petite rétrospective de ces 7 années.

De l’an 1 à l’an 3, je me suis mise à la couture par manque de sous. J’étais une maman étudiante. Le critère du cout de production était primordial. Je n’avais pas de blog à l’époque, mais je prenais en photo mes horreurs. Allez, je vous en montre une pour vous faire rire. Admirez l’air déconfit de ma fille il y a 7 ans, se demandant si elle est déguisée en jonquille ou en soleil…

CIMG3324

De l’an 3 à l’an 5, je suis devenue une maman diplômée (avec un boulot, de surcroit) et je voulais que les vêtements que je cousais se démarquent de ceux du commerce. Parfois aux dépens du confort . Souvent aux dépens du côté pratico-pratique (entretien, solidité, bien-aller, température du pays dans lequel je vis). Résultat, plusieurs morceaux que j’ai cousus n’ont pas été portés.

Exemple 1: cette Saint-Malo de C’est dimanche déséquilibrée parce que cousue dans un coton diaphane et alourdi à cause de boutons en métal mettait toujours le ventre de ma fille à l’air.

DSC_2067

Exemple 2: ce manteau aux détails soignés, tiré d’un livre japonais, qui a dû être porté 6 fois maximum par mes deux filles réunies (rapport à la météo spéciale du pays dans lequel je vis).

DSC_0860

De l’an 5 à l’an 7, je suis devenue une maman (très) trop occupée. Mon travail a pris de plus en plus de place, laissant des miettes à la couture. Et ces années m’ont permis de prendre le recul nécessaire (de la bloguo, des boutiques en lignes) pour me donner envie de continuer à coudre, sans répéter les excès du passé. Voici une petite liste de constats que je peux dresser aujourd’hui:

1) j’ai ressenti (peut-être à tort) une course à l’originalité sur la blogosphère (à qui découvre en premier tel patron, qui achète de telle éditrice de tissus, qui va penser à mettre un nœud à la place des boutons, qui va changer le col de cette robe, etc.). Je m’en suis rendu victime volontaire et j’envisageais mon ouvrage dans la perspective «épatage de galerie» plus que dans le plaisir simple de la couture. Cette compétition ne m’intéresse plus guère aujourd’hui, même si je prends plaisir à regarder  les trésors d’originalité des autres. Si je ne sors pas du lot, tant pis, ou tant mieux.

2) je ne couds désormais plus que des vêtements qui ont un haut potentiel de portabilité. Par exemple, je ne coudrai pas plus de 2 robes l’hiver par fille. Elles passent l’hiver en salopette de neige. Les robes ne sont pas pratiques, elles ne sont portées que lorsqu’on  prend la voiture, ce qui ne fait pas partie de notre mode de vie quotidien. Je ne coudrai plus de manteaux non plus. Je n’ai accès à aucun tissu technologique pour coudre des manteaux d’hiver, donc mes manteaux sont destinés aux entre-saisons. Au Québec, le printemps dure 2 semaines, l’automne dure 2 semaines –> c’est crève-cœur de voir un vêtement porté 4 semaines par année. Autre exemple, je ferai attention à coudre des vêtements qui seront compatibles avec le vélo et les galipettes dans les structures du parc. Je réfléchis ces temps-ci à une façon de modifier certains patrons de jupe pour les transformer en jupe-short.

3) mes filles grandissent, je veux continuer à coudre pour elles et que la demande vienne d’elles (plutôt que de moi, les implorant de porter ce que je leur ai cousu). Pour y arriver, je dois les écouter, regarder comment leurs amies sont habillées et m’assurer que je ne suis pas trop dans les patates.

4) en bonne écolo, je couds selon les besoins et plus selon les envies. Par exemple, je n’ai encore rien cousu pour mon petit dernier parce que je n’ai besoin de rien pour lui, entre ce que j’ai récupéré de ses sœurs et ce que mon entourage m’a donné. Quand il lui manquera quelque chose dans sa penderie, ça me fera plaisir de me mettre à la couture petit garçon. Pour le moment, ce n’est pas nécessaire.

5) quand je vais vouloir un patron très fort parce que j’ai vu des réalisations absolument fantastiques, je vais réfléchir à deux fois avant de le procurer en passant en revue des critères de sélection. Par exemple, devant une robe craquante, je vais d’abord faire le tour de  mes patrons de robes et m’assurer que i) j’ai déjà cousu au moins une fois tous les modèles en ma possession;  ii) aucun modèle ne ressemble trop à celui que je voudrais me procurer; iii) des techniques que je ne connais pas seraient contenues dans la pochette. (C’est possible que je revienne dans un prochain billet sur les autres critères rigoureux que j’applique depuis quelques mois à l’achat d’un patron, j’ai connu quelques déconvenues comme cliente qui m’ont poussée à être plus réfléchie et informée comme consommaCtrice).

Un mot pour résumer ma pratique couturesque à partir de l’an 7 : ÉQUILIBRE.

|||   |||   |||   |||   |||   |||   |||   |||   |||   |||

Allez zou, premier ouvrage du printemps: ma porte d’extérieur couleur brique. Au début, je la voulais bleu Klein. J’ai envoyé mon chum à la quincaillerie me rapporter un pot de peinture et il a acheté celle en promo. C’est tout lui, les promos priment sur le look. J’ai râlé (un peu) et, finalement, j’ai repeint la porte de cette couleur qui fait, ma foi, un joli fond pour les photos.

Devant la porte, vous avez une demoiselle de 7 ans qui porte un t-shirt TROP-TOP d’Ivanne.S et un short Ella de p&m.

DSC_4610

DSC_4604

Alors le TROP-TOP est la version «D» du patron (ne la cherchez pas sur votre planche!!) C’est une version du déjà célèbre t-shirt version A, mais à encolure bateau et épaules ouvertes.Ivanne est la première à nous encourager à jouer avec son patron: je l’ai prise au pied de la lettre.

À plat sur le carrelage de la cuisine fraichement serpillé, on voit mieux la coupe. Pour obtenir cette encolure, on trace simplement une ligne droite à partir du point le plus haut de la manche. Cette ligne doit arriver de façon parfaitement perpendiculaire à la ligne du milieu devant et du milieu dos. C’est donc un vrai T que l’on obtient – d’où le nom t-shirt. Un bord-côte bleu borde les hauts du devant et du dos. On ferme ensuite les côtés. Le passage le plus délicat est la pose du biais aux manches. Ici, j’ai choisi de faire un ourlet rapporté apparent (en liberty felicity bleu et vert). On referme finalement l’encolure avec des boutons après avoir fait un test sur l’enfant pour trouver l’endroit le plus propice où les poser.

DSC_4573

DSC_4628

DSC_4608

DSC_4648

DSC_4613

Quant au short Ella, je l’ai voulu en version brute, en jean, en respectant au mieux les codes du denim (surpiqûres visibles et à la piqûre triple, pas de passepoil, de vrais passants de ceinture et même un vrai bouton jean!)

DSC_4650

DSC_4619

Ceinture doublée en capel bleu marine.

DSC_4713

Depuis la photo ci-dessous, j’ai ajouté un bouton pression sous la braguette non fermée qui bâillait trop.

DSC_4645

DSC_4629

DSC_4588

Cahier des charges rempli pour cette tenue ;-]

Posté par NanouQc à 14:24 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 avril 2015

A, b, c, …d?

Les mamans couturières auront certainement toutes croisé en mars la sortie du patron TROP-TOP d’Ivanne.S (et visiblement pas juste les mamans couturières, parce qu’on aimerait toutes avoir un TROP-TOP dans notre garde-robe, voire des dizaines.)

Et ça, c’est la pose TROP-TOP (c’est-à-dire la pose de la jeune fille ravie de son nouveau top et la pose prise par la mère éblouie par le charme du nouveau top).

DSC_4388

Rarement patron n’aura été aussi bienvenu dans une patronthèque. Je ne sais pas si c’est pareil chez vous, mais ici, les petits hauts ont la vie dure. Marques de crayon  (supposément lavables, mais pas toujours), taches de gras ou de sauce tomate, usure aux coudes. Tout cela sans oublier le fait que les matières dont sont faits les vêtements du commerce connaissent souvent une déformation prématurée, soit parce qu’ils n’ont pas été coupés dans le droit fil, soit parce que l’élasticité du tricot est mauvaise, soit parce que la fibre lâche dès le premier passage à la machine…

J’ai des patrons de t-shirt et de blouses dans ma patronthèque, mais c’est la première fois que j’ai un patron aussi polyvalent. Je ne sais pas si Ivanne se reconnaitra dans mes propos, mais je vois un peu la démarche créative qui l’avait habitée lors de ses multiples détournements du patron Oslo/Galway de C’est dimanche, un des premiers patrons indépendants que nous avons eus entre les mains.

Donc à partir de cette base qu’est TROP-TOP [kimono], sky being the limit, j’ai cousu en 8 ans: un t-shirt à manches longues à col bénitier, une blouse d’été à manches courtes et un pull pour l’entre-saison.

Le pull est la version A du patron, à encolure relevée. Dans un tricot biface de Fabricville  (un côté rayé et un côté gris, déjà utilisé ici et ) que j’adore parce que facile à coudre et pour un super effet. Les rayures sont aussi assez larges pour que le raccord se fasse bien.

DSC_4415

DSC_4420

L’encolure étant très large, cette version aime la superposition (ici avec un petit chemisier blanc du commerce, mais ça aurait pu être joli par-dessus un autre TROP-TOP ou une blouse Capella).

DSC_4422

DSC_4432

DSC_4406

DSC_4436

DSC_4408

DSC_4402

La blouse est la version B du patron. Elle est boutonnée dans le dos et a l’option revers de manches. J’ai ajouté l’option «col devant» et «col dos», en insérant un passepoil plat.

J’ai eu un plaisir fou à coudre cette version. On dirait qu’Ivanne a trouvé l’équilibre parfait entre l’originalité, la patte qui la caractérise, et la portabilité du modèle. Les finitions sont magnifiques, quand on prend la peine de faire chaque Finition +. J’aurais pu prendre des photos des détails, mais croyez-moi, rien n’est laissé au hasard. Du genre que ce sera difficile de justifier l’achat de hauts dans le commerce à l’avenir parce que pas grand-chose n’arrive à la cheville de ça!

DSC_4382

Ce col, ah, ce col! J’aurais dû m’y prendre autrement pour obtenir un col parfait, mais j’ai mal réfléchi à mon affaire. Les deux défauts de mon col sont que 1) le passepoil plat ne fait pas tout à fait la même largeur à la jonction de l’épaule et 2) je ne pense pas qu’il soit possible de faire un angle droit avec un passepoil plat, ce qui est un peu disgracieux dans le dos. Dans une version future, je couperai les cols devant et dos en un seul morceau (tout l’avantage d’avoir un patron sans marges de couture) et je stopperai le passepoil avant la pointe dos.

DSC_4278

DSC_4396

DSC_4377

Je suis particulièrement désolée de ne pas pouvoir vous donner le nom de ce tissu si frais. Tout ce que je sais, c’est que c’est un tissu de designer américain et que je l’ai acheté chez Effiloché. J’ai jeté la facture sur laquelle son joli petit nom était écrit.

DSC_4399

DSC_4389

Le t-shirt est la version C du patron, encolure bénitier, avec l’option manches longues.

DSC_4355

DSC_4360

Mon choix de matière au départ n’étant pas nécessairement correct par rapport à ce qui est préconisé (cf. p.29 dans les instructions du patron), le col bénitier tombait plutôt mal, comme un col roulé quasiment. Il est cousu dans une chute de jersey 100% coton que j’avais utilisé pour coudreun polo à son papa. Ce jersey n’est pas assez lourd pour réaliser le tombant.

DSC_3989

Qu’à cela ne tienne! J’ai effectué un correctif en le « pinçant » avec un biais de liberty capel turquoise (assorti à la finition intérieure, que je n’ai pas photographiée) tenu par un gros bouton de nacre. Ce t-shirt est devenu un chouchou de ma fille qui l’a déjà pas mal porté. Je l’ai cousu en «7 ans», c’est-à-dire que j’ai tracé un compromis entre le 6 et le 8 ans, mais ça affectait plus la longueur du corps et des manches que la largeur du modèle.

DSC_4363

 

DSC_4365

Le 2e t-shirt est la version D du patron… nahhnn, je rigole, il n’y a pas de version D dans le pack de TROP-TOP. La version D, c’est mon prototype de t-shirt à encolure bateau, à partir de la version A. Je vous en reparle dès que j’en suis satisfaite (si je réussis à en être satisfaite)!

À bientôt!

Posté par NanouQc à 22:18 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 novembre 2014

chercher (et trouver) la perle rare || 1

Vous n’avez pas pu manquer la nouvelle du jour  n’est-ce pas?

Ivanne.S a sorti son tout premier patron!

À défaut de m’être cousu une Perle de nacre pour moi (un petit locataire me faisant prendre quelques tailles de plus), c’est avec une joie difficilement dissimulable que j’ai reçu la proposition d’Ivanne de coudre la Mini Perle pour mes filles.

La première (version A, avec les plis) est en velours jaune pas tout à fait moutarde, plutôt soleil d’automne (Fabricville), pour ma plus grande. À presque 7 ans, je lui ai cousu le modèle 8 ans. Pour la carrure, c’est impeccable, mon ainée étant quand même assez costaude. Pour la longueur, je me suis résignée à la taille préconisée pour le 8 ans à cause du règlement de son école. Mais mon coup de cœur aurait été de l’avoir un brin plus courte, entre le 6 ans et le 8 ans (en même temps, coudre une jupe qui ne serait portable que les samedi-dimanche ne fait pas partie des choses que je juge acceptables).

miniperle_1 

J’ai effectué une grande partie des «Finitions +» proposées dans le patron. Ce sont des détails facultatifs à réaliser qui donnent un petit look travaillé au vêtement: surpiqures, passepoil et ourlet rapportés, par exemple.

miniperler_2

miniperle_3

Sous-piqure à la ceinture et élastique réglable.

miniperle_5

miniperle_4

DSC_3424

miniperle_6

DSC_3422

DSC_3387

DSC_3450

DSC_3435

Voici donc une petite  jupe facile à vivre et originale, qu’on peut confectionner pour toutes les saisons et pour toutes les occasions. J’ai pu tester le succès du design de la jupe auprès d’amies ayant des filles, et 100% d’entre elles étaient conquises! Ça fait 3 semaines qu’elle est portée et reportée, j’ai eu le temps de lui chercher des défauts, mais je ne lui en ai pas trouvé (à part peut-être celui de rendre jalouses les mamans de mon entourage qui voudraient bien que leur fille ait la même!) J’aime vraiment beaucoup le résultat. J’ai trouvé une concurrente sérieuse à mon patron fétiche, la Sailboat skirt de Oliver + S (présentée ici, ici, ici et ici!), restée jusqu’ici indétrônée. Deux patrons qui s’équivalent, tant dans la précision et le soin des explications que dans la coupe du vêtement.

PS: La version B vous sera présentée dans mon prochain billet. Autre style, autre look. Je l’aime autant.

 

Note: Je N’ai PAS été rémunérée pour cet article (comme mentionné ICI). Cette jupe a été cousue dans le cadre d’un TEST technique pour vérifier les tailles, les instructions et autres éléments associés au patron dessiné par la créatrice Ivanne. S. Elle ne m’a pas demandé de publier un billet à la suite de ce test. Je le fais parce que le modèle me plait et que mes filles le portent très bien. Les opinions dans ce billet sont donc les miennes et reflètent mon ressenti au plus juste.

 

Posté par NanouQc à 09:28 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 octobre 2014

La crise du rose

Mère de deux filles, j’ai commencé à coudre parce que je n’étais pas satisfaite de ne trouver dans les boutiques du Québec que des vêtements roses/fleuris/froufroutés. Je voulais des lignes modernes, épurées, de beaux volumes autour de l’enfant, le tout, dans des coloris sobres.

Mais ça, c’était avant.

Avant quoi?

Avant que j’apprenne que je suis enceinte d’un garçon (qui rejoindra ses deux grandes sœurs au tout début de 2015).

Du coup, je me sens dans l’urgence de coudre du rose – seules les hormones de grossesse peuvent nous faire vivre de tels paradoxes – comme si le fait d’avoir un garçon allait désormais m’empêcher de coudre pour mes filles. Du grand n’importe quoi.

Lors de ma dernière virée tissu, j’ai fondu sur un beau velours milleraies framboise. Et zou, j’en ai ressorti deux robes hyper filles. Avec du liberty joli, en plus. Dur de faire plus fille…

Une pour un cadeau de naissance trèèèès en retard. Modèle Playdate dress de Oliver + S, en taille 12-18 mois. J’adore le look de cette robe, si raffinée, si travaillée. Quand on lit la description du modèle, on apprend que c’est une robe A-line. Mais bien franchement, le plastron et les manches font oublier la simplicité de la coupe.

Play-date-dress_1_thumb4

Petit détail ajouté d’un nœud en liberty à la place de la plaquette froufroutée préconisée.

Play-date-dress_2_thumb2

Le joli système de fermeture en arrière, avec un gros bouton de nacre. Attention! Ce modèle taille très petit à l’encolure. À n’offrir qu’à des petites filles pas trop costaudes…

Play-date-dress_3_thumb3

Le détail des manches et du pli creux.

Play-date-dress_4_thumb3

Détail que j’adore pour les tout-petits: l’ourlet-parementure, qui se laisse très bien voir quand la bambine commence à marcher à 4 pattes.

Play-date_5-2_thumb2

Play-date-dress_6_thumb2

Une robe pour mon ainée, ensuite. Modèle Slava dep&m, taille 7 ans (en réalité, le patron offre les tailles 6 ans et 8 ans. J’ai gardé les épaules du 8 ans et j’ai diminué le reste en 6 ans, en gardant une longueur entre les deux).

DSC_3537_thumb5

Je raffole du mouvement de cette robe autour de l’enfant.

DSC_3539_thumb5

Je n’ai pas cousu la ceinture préconisée en glissant plutôt un large rectangle de liberty tatum, pour un effet «foulard».

DSC_3578_thumb3

DSC_3536_thumb2

J’ai aussi cousu une grande bande de tissu pour l’ourlet de la robe plutôt qu’un biais pour un effet maxi visible quand la robe tourne.

DSC_3600_thumb6

DSC_3545_thumb2

DSC_3602_thumb5

Le coupon rose est fini (au grand regret de la cadette, qui n’a rien eu de rose…). On retourne à des couleurs plus neutres dans mon prochain billet, promis!

 

Posté par NanouQc à 23:32 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 août 2014

évoluer avec elle

Il faut bien se rendre à l’évidence: mon ainée file sur l’âge de raison. C’est pour elle qu’en 2008 je me suis lancée dans la couture. Au départ, c’était gigoteuse, barboteuse, robe chasuble et bloomer. C’était les couleurs et les motifs à mon gout plutôt qu’au sien. C’était des fronces et du bouffant. Elle n’avait pas vraiment son mot à dire. Mais aujourd’hui, la pression de son environnement (comprendre les copines de l’école) lui donne plus d’assurance quant à ce qu’elle accepte de porter. Plus question que je lui couse des choses sans avoir longuement discuté au préalable de ce qu’elle voudrait avoir. On parle de formes, de textures, de couleurs, de motifs, de son liberty préféré du monde. Et je fais des compromis sur le projet que j’avais initialement en tête. Toutefois, ma grande est vraiment dotée d’un bon gout – tout le contraire de sa cadette, qui ne porterait que des robes roses avec des brillants, une couronne sur la tête et des chaussures à talons.

Voilà donc une petite tenue «à quatre mains», pour la rentrée des classes la semaine prochaine (déjà!)

Sailboat skirt tshirt Phekda_1

Tenue composée d’une jupe droite en popeline grise stretch (Fabricville), passepoil gris et liberty Betsy fluo-thé et d’un t-shirt légèrement loose en jersey crème de très grande qualité (cadeau de grand-maman).

La jupe, je ne sais pas si vous souhaitez que je la présente, ce doit être la 10e version que je couds tant j’aime ce modèle. Il s’agit de la Sailboat skirt de Oliver + S, patron chouchou s’il en est. Ici en 6 ans. Dire que le patron s’arrête au 8 ans… je ne suis pas sûre de m’en remettre et ma grande non plus.

Sailboat skirt tshirt Phekda_3

Le petit pli bien pensé en arrière, qui permet à la plus aventurière de jouer sans avoir les jambes coincées.

Sailboat skirt tshirt Phekda_2

Sailboat skirt tshirt Phekda_5

Quant au t-shirt, il s’agit de Phekda de Grains de couture, avec plusieurs modifications en partie tirées de ce tuto d’Ivanne.

Sailboat skirt tshirt Phekda_8

Les différences par rapport à son tuto sont:

  1. la conservation de l’asymétrie devant/dos du modèle Phekda, mais dans une moindre proportion;
  2. un ourlet-parementure comme dans le patron du Sailboat top  de Oliver + S (qui fait un ourlet très large, comme j’aime);
  3. une encolure complètement refermée au cou, sur la base du School bus t-shirt  de Oliver + S.

Dessin de la biche réalisé par ma fille elle-même, grâce à un pochoir Avenue Mandarine  et de la peinture textile  Pébéo. Une jolie alternative au flex, pour celles qui n’ont pas la machine.

Sailboat skirt tshirt Phekda_6

Sailboat skirt tshirt Phekda_7

Allez, on retourne profiter de notre «plage» de roches, baignée de soleil, avant qu’elle ne redevienne…

Sailboat skirt tshirt Phekda_9

…comme ça!

 (oui, oui, mes lectrices du Québec, vous avez le droit de me taper pour avoir osé publier un tel cliché en plein mois d’aout!)

Fleuve St-Laurent_H2014

 

 

Posté par NanouQc à 14:53 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,